Beau à la louche

un peu plus que de l'eau à la bouche...

lundi 6 avril 2020

Les pains du confinement – La Focaccia

  

focaccia-1

 

Je ne sais pas vous mais ici on est en mode confinement très strict, bien loin de sortir pour aller acheter notre pain. Du coup je glisse dans mes courses de la levure boulanger et, comme beaucoup d'entre vous, je me suis remise à faire des pains. J’ai même tenté de donner vie à un levain (en mode « c’est le moment ou jamais »), moi qui jusqu’à maintenant m’étais toujours refusé à me frotter à ce tamagotchi boulanger… Bon, ce fut un flop. Ma première tentative a moisi et la seconde avait une bonne odeur aigrelette, faisait de jolies bulles, je croyais que j’y étais mais non : il ne prenait pas de volume après ses repas. J’ai abandonné l’idée du levain. A la place voici une recette de focaccia, adaptée de celle trouvée sur le blog « C’est ma fournée ». Une recette rapide, facile et efficace pour avoir du pain frais en cette drôle de période.

 

La Focaccia

Pour une focaccia
10g de levure boulanger fraiche
300g d’eau tiède
500g de farine
8g de sel
15g d’huile d’olive
Pour la garniture :
30g d’huile d’olive
30g d’eau
Fleur de sel
Romarin, sauge (herbes fraiches au choix) (facultatif)

Diluer la levure dans l’eau.
Dans le bol du robot mélanger la farine et le sel, ajouter l’huile d’olive et le mélange eau et levure.
Pétrir 10-12 minutes, former une boule de pâte, la faire rouler dans un saladier nappé d’un filet d’huile d’olive, couvrir d’un torchon et laisser doubler de volume (le temps de levée risque de dépendre de la température ambiante).
Au bout de ce temps, pétrir brièvement la pâte et l’étaler en un rectangle sur une toile silipat ou une feuille de papier sulfurisé. Couvrir d’un torchon propre et laisser à nouveau lever jusqu’à ce que la pâte double de volume.
Quand la focaccia est bien gonflée, préchauffer le four à 200°C.
De-ci de-là faire des trous dans la foccacia avec un doigt.
Émulsionner l’eau et l’huile d’olive et à l’aide d’un pinceau napper la focaccia de ce mélange. Poudrer de fleur de sel. Ajouter les herbes fraiches si vous le souhaitez.
Cuire 20 minutes.
Elle est meilleure le jour même.

  

focaccia-2     focaccia-3

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 06:42 - Les levures sont mes amies - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 1 avril 2020

La cuisine de ma mère - Le chou rouge

 

 

chou rouge-1

 

J’aime beaucoup le chou rouge cuit mais N. pas du tout ; du coup en général soit je le mange chez mes parents soit j’en fait quand on a des invités ;-) (Nico mange sa portion en salade de chou rouge cru). Voici la recette de ma mère : au vin rouge et avec une petite touche de pomme acide, d’une grande simplicité : le plus long sera d’émincer le chou ! Ma mère n’est pas une très grande fan des châtaignes mais moi j’adore ça donc parfois j’en glisse quelques-uns dans la cocotte ! Faites comme vous préférez !

 

La cuisine de ma mère - Le chou rouge

1 oignon
1 pomme reinette (ou autre pomme acide)
1 chou rouge (pas trop gros)
Sel & Poivre noir du moulin
Thym
1-2 feuilles de laurier
Noix de muscade (râpée/en poudre)
1 briquette de vin rouge 250mL
1 verre de bouillon de légume
(Châtaignes congelées en option)

Peler et émincer finement l’oignon.
Peler, épépiner et émincer finement la pomme.
Détailler le chou rouge en très fines lamelles.
Mettre dans la cocotte-minute l’oignon, la pomme, les lamelles de chou rouge, saler, poivrer, assaisonner avec du thym, du laurier et de la muscade. Ajouter le vin rouge et le bouillon de légumes. Mélanger grossièrement (ou peut ne pas mélanger du tout ça marche aussi).
Si vous souhaitez réaliser la version aux châtaignes, disposer quelques châtaignes sur le dessus.
Cuire 25 minutes à partir du sifflement de la cocotte-minute.

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 18:07 - Légumes - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 27 mars 2020

Terrine au chocolat et aux petits beurres

 

terrine choco biscuit-1

 

C’est un classique de la pâtisserie et une recette parfaite si vous êtes en mode "cuisine du placard" : le gâteau au chocolat et aux petits beurres, je le fais personnellement dans un moule à cake, ça lui donne une allure de terrine et j’utilise les biscuits thé de lu car ils ont un petit goût sympa. Pas de café pour tremper les biscuits car je n’aime pas ça mais du praliné et des épices dans la ganache au chocolat pour donner à ce gâteau un petit goût en plus. Un gâteau rapide à réaliser et qui se prépare la veille : une recette pratique à avoir en stock. Et personnellement j'aime beaucoup son côté rayé et cette superposition de couches, je trouve toujours ça très chic!

 

Terrine au chocolat et aux petits beurres

Pour un moule à cake de taille 10x23 centimètres à peu près
300g de chocolat noir dessert
250g de crème fleurette
2 cuillères à soupe de pâte pralinée (de la pâte, pas de praliné en grain!)
Poudre equinoxiale (Epices Roellinger)
300g de biscuit thé de lu (ou de petits beurre, petit brun ect)
1 grand bol de lait

A réaliser la veille.
Faire fondre le chocolat au bain marie et porter la crème fleurette à frémissement. Verser la crème sur le chocolat fondu, bien mélanger, ajouter la pâte pralinée et les épices. Mélanger à nouveau.
Recouvrir le moule à cake de papier film, verser une couche de ganache au chocolat, tremper un à un les biscuits dans le lait (ne pas trop les imbiber !) et disposer une couche de biscuit sur la ganache. Alterner les couches de ganache et de biscuits jusqu’à épuisement. Terminer par une couche de ganache.
Filmer le moule à cake et mettre eu frais pour minimum une nuit.
Vous pouvez servir cette terrine avec une crème anglaise à la vanille, aux épices ou à la pistache.

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 14:31 - Chocoholic - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 22 mars 2020

Utiliser sa pâte de curry penang : Poêlée de nouilles aux légumes et au curry penang

 

nouilles curry pennang-1

 

 

En ces temps plus qu'étranges j'espère que vous allez bien et que vous n'avez pas à trop vous inquieter pour vous et vos proches. Certains s'occupent chez eux en cuisinant, alors je partage quand même avec vous la recette que j'avais en tête suite à mon précédant billet : une autre recette que j’ai pris l’habitude de faire avec ma pâte de curry penang. C’est une recette de nouilles asiatiques aux légumes avec une sauce au curry penang sans grande prétention mais qui est toujours un succès. Si jamais vous avez un bon fond d'épicerie asiatique chez vous elle fera peut être l'affaire, sinon, bien sur, évitez d'aller faire vos courses juste pour ça, ça pourra attendre...

 

Poêlée de nouilles aux légumes et au curry penang

Pour 4 personnes :nouille-curry-paneng-2
Huile d’olive
1 sachet de pâte de curry penang* (ou 3 cuillères à soupe)
1 pouce de gingembre (pelé et râpé)
1 échalote (pelée et très finement émicée)
1 (ou 2) petit piment rouge (épépiné et finement émincé) (facultatif, quantité selon le piquant de votre pâte de curry penang, je n’en mets pas personnellement)
100g de crème de coco
150g de lait de coco
1 cuillère à soupe de sucre
3 cuillères à soupe de nuoc nam
Le zeste d’un citron cumbawa
5 carottes pas trop grosses (pelées et détaillées en bâtonnets)**
1 brocolis (détaillé en fleurettes)**
12 petits champignons de Paris ou des shiitake (nettoyés et découpés en rondelles)**
3 citrons verts
300g de nouilles asiatiques (j’utilise souvent des nouilles aux œufs un peu larges, choisissez ce dont vous avez envie)
Pluches de coriandre fraiche
Ciboule fraiche finement ciselée
2 poignées de cacahuètes grossièrement concassées
* Comme expliqué dans mon précédant billet, j’utilise la pâte de curry de la marque OnOff Spice car je la trouve tout à fait à mon goût. Elle n’est malheureusement pas distribuée en France – uniquement en Belgique et aux Pays Bas – donc n’hésitez pas à en utiliser une autre
** Alternative : En saison des pois gourmands ou des lamelles de poivrons doivent aussi très bien faire l’affaire.

Faire chauffer un filet d’huile d’olive dans un fait tout, y faire revenir pendant 1-2 minutes la pâte de curry, le gingembre, l’échalote et le piment. Ajouter ensuite le lait et la crème de coco. Mélanger à la cuillère à bois pour bien dissoudre la pâte de curry dans le liquide. Ajouter le sucre et le nuoc nam et laisser un peu mijoter. Réserver ensuite hors du feu et ajouter les zestes de cumbava.
Faire chauffer un filet d’huile d’olive dans une poêle, y faire revenir les carottes et les brocolis, ajouter dans un second temps les champignons. Les légumes doivent cuire mais rester un peu croquants.  Quand ils sont presque cuits ajouter le jus d’un citron vert, finir la cuisson et réserver.
Faire réchauffer la sauce pendant que les nouilles cuisent (attention la cuisson des nouilles asiatiques est souvent très rapide et il faut qu’elles soient al dente). Détailler les deux autres citrons verts en quartiers.
Égoutter les pâtes, si votre sauce au curry est très épaisse, n’hésitez pas à la détendre avec 2-3 cuillères à soupe de jus de cuisson de pâtes, mélanger les pâtes à la sauce, ajouter les légumes poêlés, bien mélanger et servir dans des assiettes creuses. Parsemer généreusement de coriandre, de ciboule et de cacahuètes, servir avec les quartiers de citron vert.

 

nouilles curry pennang-2

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés

dimanche 15 mars 2020

Utiliser sa pâte de curry penang : Soupe de butternut au curry penang

 

soupe butternut curry

 

Suite à mon précédant billet je tenais à partager avec vous quelques autres recettes que j’ai pris l’habitude de faire avec ma pâte de curry penang – si vous en avez une à partager avec moi n’hésitez pas. Cette soupe est très simple, délicatement épicée, à peine piquante et avec juste ce qu’il faut de coco pour la rendre crémeuse sans le coté écœurant que le lait et la crème de coco peuvent parfois donner.

Soupe de butternut au curry penang

1 couge butternut de bonne taille (1,6-1,9kg entière soit 1 à 1,2kg de cubes de chair)
Huile d’olive
½ à 1 cuillère à soupe de curry penang* (1cas entière rase c’est parfait pour moi)
3 échalotes pelées et émincées
Bouillon de légumes
5 cuillères à soupe de crème de coco
Sel
Pour les tuiles aux amandes caramélisées au curry : (facultatif)
Sucre semoule
Pate de curry penang*
Amandes grossièrement concassées
* Comme expliqué dans mon précédant billet, j’utilise la pâte de curry de la marque OnOff Spice car je la trouve tout à fait à mon goût. Elle n’est malheureusement pas distribuée en France – uniquement en Belgique et aux Pays Bas – donc n’hésitez pas à en utiliser une autre

Éplucher, épépiner et détailler la butternut en cubes.
Faire chauffer l’huile dans une cocotte sur feu moyen, y faire revenir la pâte de curry pendant environ 1 minute puis ajouter les échalotes et la butternut, faire revenir puis couvrir de bouillon de légumes. Faire cuire jusqu’à ce que la butternut soit bien tendre. Mixer alors au blender (ajouter le bouillon de cuisson petit à petit jusqu’à avoir la consistance désirée) en ajoutant la crème de coco, goûter pour éventuellement rectifier l’assaisonnement en sel. 

Réaliser les tuiles : dans une poêle antiadhésive faire fondre le sucre sur feu moyen à vif, y ajouter une pointe de couteau (ou plus) de pâte de curry, mélanger vivement à la cuillère en bois, ajouter les amandes, bien mélanger et faire couler sur une toile silipat. Lisser immédiatement avec une maryse. Laisser refroidir. Casser des morceaux.

 

soupe-courge-pennang

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 06:20 - Mange ta soupe! - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 11 mars 2020

Curry Penang au poulet


  

curry poulet penang-1

  

C’est au restaurant Baan thaï à Strasbourg que j’ai découvert le poulet penang/panaeng. Ce resto thaï a pendant longtemps été une cantine pour nous (j’habitais dans la rue…) et ce plat était un de mes favoris. Un peu plus tard c’est S. qui l’a rappelé à mes souvenirs car elle adore la cuisine thaïe et c’est, je crois, son curry préféré. Elle avait partagé avec moi sa recette mais le résultat n’avait pas été très concluant. Je l’ai réalisée à la fois en faisant, comme elle, ma pâte de curry penang moi-même mais les pâtes de curry maison n’ont jamais été pour moi très concluantes : je n’arrive jamais à avoir une texture fine, elles restent toujours un peu trop filandreuses à mon goût. J’ai aussi testé sa recette avec une pâte de curry penang toute prête mais là encore, ce n’était pas complètement à mon goût. Mais ça c’était jusqu’à ce que je tombe par hasard, dans un petit supermarché bio d’Amsterdam, sur des sachets de curry de la marque OnOff Spice. C’est le côté unidose qui m’a attiré, j’étais las du gâchis des gros pots de pâte de curry dont je n’utilisais pas le tiers. Même si le côté unidose est générateur de déchets, j’en ai conscience, au moins ça limite le gâchis. Mes sachets de curry dans ma valise, je me suis souvenu de la recette de S. que j’ai re-testée et légèrement adaptée avec cette pâte de curry et là, révélation : c’était parfait ! Parfumé, piquant et crémeux. Le secret ? A la fois cette pâte de curry très réussie mais aussi l’utilisation de crème de coco plutôt que de lait de coco : je ne suis pas fan des curry flotteux, je voulais retrouver un résultat onctueux et nappant, c’est le cas ici ! Alors où trouver les pâtes de curry OnOffSpice ? Malheureusement pour le moment la marque ne semble distribuée qu’aux Pays Bas et en Belgique. Je profite de tous séjour à Amsterdam pour faire un stock (pour info, j’achète mes sachets au supermarché Marqt, Wolvenstraat 32, au cœur des canaux bordés d'élégantes maisons, en plein quartier touristique) et quand je n’ai pas de déplacements prévus à Amsterdam mais que mon stock fait grise mine, j’utilise un réseau parallèle via la Belgique (Merci LN et son frère !). N’hésitez pas à utiliser vos déplacements ou vos réseaux pour vous approvisionner. Sinon, bien entendu, libre à vous d’utiliser une autre pâte de curry et si vous en connaissez une bonne n’hésitez pas à partager le nom en commentaire car non, je ne suis pas sponsorisée par OnOff Spice, ils ne m’ont pas offert de produit mais je tenais à partager cette découverte avec vous car j’ai beaucoup aimé leur curry penang.

 

pate curry penang-2

Curry Penang au poulet

Pour 5 personnes
4 cuillères à soupe d’huile de tournesol
3 à 5 cuillères à soupe de pâte de curry penang*
750 à 800g de blancs de poulets bien élevés, détaillés en larges dés
400mL de crème de coco
100mL de lait de coco
1,5 cuillère à soupe de sucre de canne
1 à 3 petits piments rouges épépinés et finement émincés (facultatif, quantité selon le piquant de votre pâte de curry penang, je n’en mets pas personnellement)
5 cuillères à soupe de nuoc nam
6 feuilles de citron keffir ou de combava finement ciselées (aux ciseaux ça marche très bien)
½ botte de basilic thaï finement émincé
½ botte de coriandre émincée
Cacahuètes non salées
* La quantité de pâte de curry est à adapter en fonction de votre pâte de curry mais surtout en fonction de son piquant et de votre tolérance au piment (J’aime bien le faire avec 5 cuillères à soupe mais il faut aimer le piment ^_^). Comme expliqué en introduction, j’utilise la pâte de curry de la marque OnOff Spice

Faire chauffer l'huile dans une sauteuse sur feu vif, y faire revenir la pâte de curry pendant environ 1 minute. Ajouter les dés de poulet, mélanger et cuire faire dorer.
Ajouter la crème et le lait de coco et porter à frémissement tout en mélangeant régulièrement, faire mijoter pendant environs 15 minutes.
Ajouter le sucre et le piment si nécessaire et mélanger pendant encore quelques minutes.
Pour finir, ajouter le nuoc mam et les feuilles de citron keffir, poursuivre la cuisson environs 5 minutes. Au bout de ce temps votre poulet doit être tendre, vous pouvez poursuivre la cuisson si la sauce n’est pas assez nappante. Elle doit napper le dos d’une cuillère en bois.
Servir parsemé de basilic thaï, de coriandre et de cacahuète grossièrement concassées, avec du riz blanc parfumé (j'y ajoute très souvent du brocolis).

 

curry-poulet-pennang-2

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 17:56 - Carnivorisme - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 4 mars 2020

La crème au chocolat du New York Times (Oat Milk Chocolate Pudding)

  

creme choco-1

 

En matière de crème au chocolat, j’ai déjà ma recette parfaite - quasi indécente de crémeux - et les « chocolate pot » de Jamie Oliver sont toujours une valeur sure. La recette d’aujourd’hui est différente : onctueuse, toujours crémeuse mais dans un style différent.
C’est aussi un plaisir moins coupable :  cette recette utilise à la fois du cacao et du chocolat et surtout de la maïzena pour obtenir cette texture qui m’a quelque peu étonnée, je ne m’attendais pas à un résultat aussi gourmand et fin avec de la maïzena !… Le bilan calorique est moindre puisque cette crème est réalisée à base de lait d’avoine. Pourquoi du lait d’avoine ? Je n’ai pas vraiment cherché à tergiverser, l’article précise que l’équipe avait testé plusieurs types de lait végétaux en travaillant à l’élaboration de cette recette et c’est le lait d’avoine qui donnait la texture la plus soyeuse, alors je l’ai réalisée au lait d’avoine et le résultat était en effet parfait.
Comme pour quasiment toutes les recettes américaines, j’ai diminué les quantités de sucre (quasiment de moitié) et je la réalise en doublant les quantités pour utiliser entièrement ma brique de lait d’avoine et éviter le gâchis. J’aime la versatilité de cette recette : je la sers aussi bien dans un grand saladier pour un côté convivial et pas prise de tête (chacun se sert la portion dont il a envie) ou dans des petits ramequins individuels que l’on peut agrémenter de décorations gourmandes (biscuit, tuile, mini meringue, fruits frais etc) pour une version un peu plus chic.
Gros avantage à noter : minimum de vaisselle ici puisque tout se fait dans une seule casserole !
Seul point négatif de cette recette : un film se forme rapidement à la surface, filmer immédiatement pour l’éviter.

 

creme choco-3     creme choco-4

 

 

La crème au chocolat du New York Times (Oat Milk Chocolate Pudding)

Une recette du New York Times / Ali Slagle
Pour une douzaine de portions
70g de sucre semoule
60g de cacao non sucré
4 cuillères à soupe rases de maïzena
1/3 cuillère à café de fleur de sel
950mL de lait d’avoine
230g de chocolat finement émincé*
1 cuillère à soupe d’extrait de vanille (facultatif)
* J’utilise ici le chocolat Nestlé Dessert, la recette préconise soit 230g de chocolat à 60-65% de cacao soit 170g de chocolat à 66-70% de cacao

Dans une casserole, mélanger le sucre, le cacao, la maïzena et le sel. Ajouter petit à petit, tout en fouettant, le lait. Quand le mélange est homogène, chauffer progressivement sur feu moyen tout en fouettant. Si nécessaire monter un peu le feu, bien racler les bords et le fond tout en mélangeant jusqu’à ce que la préparation épaississe, commence à buller légèrement et qu’elle nappe le dos d’une cuillère en bois. Retirer alors du feu et ajouter le chocolat, mélanger vivement pendant au moins 30 secondes. Ajouter alors la vanille.
Verser la préparation soit dans un grand saladier que l’on utilisera pour servir la crème au chocolat à table, à la louche, soit dans des petits ramequins individuels. Servir tiède ou froide selon votre préférence (je préfère frais).
Si vous souhaitez servir la crème froide, filmer au contact avant de réfrigérer.
Se conserve 3 jours au frigo.

 

creme choco-2

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 11:06 - Chocoholic - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 26 février 2020

La cuisine de ma mère – Lapin à la cocotte

 

Lapin-1

 

La cuisine de ma mère – Lapin à la cocotte

Huile d’olivelapin
1 lapin en morceaux
250g de lardons fumés
1 à 2 oignons (selon la taille) pelés et finement émincés
300g de champignons de Paris frais
3 cuillères à café rases de farine
250mL de vin blanc
150mL de bouillon de légumes
Une petite branche de thym
1 feuille de laurier
2 clous de girofle
Noix de muscade
1 gousse d’ail pelée et finement émincée/râpée
Sel & Poivre noir du moulin
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne

Faire chauffer un filet d’huile d’olive dans une cocotte-minute, y faire revenir les morceaux de lapin. Une fois les morceaux bien dorés, retirer du feu.
Ajouter un filet d’huile d’olive dans la cocotte et faire revenir les lardons, les oignons et les champignons détaillés en lamelle. Bien racler les sucs de cuisson puis rajouter le lapin, fariner, bien mélanger puis ajouter le vin blanc, le bouillon et les épices & aromates (thym, laurier, girofle, muscade, ail, persil). Saler (peu, il y a déjà les lardons et le bouillon) et poivrer. Ajouter la moutarde, mélanger puis fermer la cocotte, au sifflement diminuer le feu et cuire 25 à 30 minutes à partir du sifflement.
Au bout de ce temps, ouvrir la cocotte, vérifier la cuisson du lapin, poursuivre la cuisson à découvert si nécessaire pour qu’il soit assez cuit (certains l’aiment plus ou moins cuit, je l’aime bien cuit).
Une fois le lapin bien cuit vérifier la texture de la sauce : si vous souhaitez la diluer ajouter un peu de bouillon de légumes ; si il est nécessaire de l’épaissir prélever une louche de sauce, la mettre dans un bol, ajouter une cuillère à café de farine, bien mélanger pour complètement dissoudre la farine. Rajouter à la cocotte et bien mélanger, laisser brièvement mijoter.  Gouter et rectifier l’assaisonnement (sel, poivre, piment d’Espelette).
Servir par exemple avec des papardelles ou des spätzle/knepfle et des fleurettes de brocolis cuites à la vapeur.

 

La cuisine de ma mère – Les tomates farcies
La cuisine de ma mère - Le bœuf en sauce
La cuisine de ma mère – Poularde au vin jaune et aux morilles
La cuisine de ma mère – LA charlotte
La cuisine de ma mère – La meilleure des tartes au fromage blanc
La cuisine de ma mère – Les spaghettis à la tomate
La cuisine de ma mère – La terrine de crabe
La cuisine de ma mère – La tarte aux tomates

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 15:59 - Carnivorisme - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 20 février 2020

La linzer torte de Christine Ferber

 

Lors d’un passage chez Christine Ferber à Niedermorschwihr nous avions jeté notre dévolu sur une tarte linzer… Je me disais que s’il y avait bien un endroit où goûter un linzer torte c’était chez la fée des confitures. Et j’avais raison : je n’en avais jamais goûté une aussi bonne ! En effet, je ne sais pas vous, mais je trouve que la linzer torte ça peut être vite écœurant et la plupart du temps mes papilles sont agressées par un trop plein de sucre. La linzer torte de Christine Ferber était tout en délicatesse, parfumée et pas du tout écrasée par une surabondance de sucre. Un fidèle lecteur m’a déniché sa recette il y a des années, il était temps que je la partage ici tant c’est une petite merveille. La pâte est moelleuse, légère et parfumée (cannelle, cacao, amande) et la garniture parfaite puisque j’utilise des pots de confiture de framboises pépins de Christine Ferber. La linzer torte ne doit pas avoir une pâte très fine, ni une couche trop épaisse de confiture car le ratio pâte/confiture est aussi important pour avoir un bon équilibre. J’insiste vraiment sur l’utilisation de confiture de framboises avec pépins et non pas de gelée de framboises. Si vous ne trouvez pas facilement les confitures de Christine Ferber chez vous, veillez à choisir une confiture de qualité et riche en fruits (pour information Christine Ferber prépare sa confiture de framboise avec 800g de sucre par kilo de framboises – la recette est disponible en suivant ce lien). Rien ne vous empêche aussi de faire votre propre confiture mais ce sera juste un peu plus long et il faudra être patient et attendre la saison des framboises…

La linzer torte ne se sert pas vraiment en dessert mais elle est idéale pour le goûter. Je trouve la recette plutôt rapide et facile (d’autant plus que je ne fais pas la confiture moi-même). Cerise sur le gâteau : on peut facilement la préparer à l’avance, elle se conserve sans problème plusieurs jours. La recette prévoit un peu plus de pâte que nécessaire : vous aurez quelques bredele en plus ;-)

 

linzer torte

 

La linzer torte de Christine Ferber

Pour un petit moule à tarte (22-24 centimètres de diamètre)
Recette de Christine Ferber, partagée lors de l’émission A' Gueter, émission culinaire en Alsacien sur France 3 Alsace.

Pour la pâte
400g de farine de blé
60g de poudre d’amandes
10g de cacao amer en poudre
4g de cannelle moulue (2-3 cuillères à café)
1 pincée de sel
5g de levure chimique
200g de beurre tempéré
180g de sucre
120g d’œuf (2 à 3 œufs)
Pour la garniture :
2 pots de confiture de framboises pépins de Christine Ferber (440g)

Dans un saladier mélanger la farine, la poudre d’amandes, le cacao, la cannelle, le sel et la levure chimique.
Dans le bol du robot mélanger le beurre et le sucre jusqu’à avoir une préparation homogène et crémeuse, ajouter alors progressivement le mélange de poudre pour obtenir une texture sablée. Ajouter alors les œufs, mélanger jusqu’à avoir une pâte homogène, récupérer la boule de pâte, la pétrir puis l’emballer dans du papier film alimentaire. Mettre au frigo pour au moins 1 heure (ne pas laisser trop longtemps au frais sinon la pâte sera trop dure pour être travailler et il faudra la remettre un peu à température pour pouvoir l’étaler).

Au bout de ce temps, étaler la pâte sur un plan de travail fariné. La pâte ne doit pas être étalée trop finement (5mm d’épaisseur).
Beurrer (généreusement) et fariner un moule à tarte, y déposer un cercle de papier sulfurisé au fond puis le foncer avec la pâte, presser légèrement du bout des doigts sur le fond et les côtés. Piquer le fond de la tarte avec une fourchette, filmer au contact et mettre au frigo pour 30 minutes au moins (je la laisse parfois une nuit).
Étaler le reste de pâte un peu plus finement (3mm) et y découper des formes à l’emporte-pièce. Déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ou d’une toile silipat. Réserver aussi au frais pour au moins 30 minutes (je les laisse parfois une nuit).
Au bout de ce temps, préchauffer le four à 180 °C.
Enlever le papier film, garnir la tarte de confiture de framboises avec pépins, lisser la surface, si nécessaire à l’aide d’un couteau ajuster la hauteur de pâte au niveau du rebord de la tarte (attention à ne pas couper à raz, laisser au moins 5mm car la confiture va bouillonner lors de la cuisson et son niveau monter – on le voit sur la photo : je n’avais pas laissé assez de hauteur), décorer avec des formes découpées à l’emporte-pièce et cuire 30 minutes environs.
Cuire ensuite le reste des biscuits (bredele) réalisés avec le surplus de pâte (environ 10 minutes).
Laisser la tarte complètement refroidir dans le moule, démouler le lendemain.
La linzer torte se conserve sans problème plusieurs jours, elle sera toujours aussi bonne.

Note : Si vous avez un peu plus de confiture en stock, vous aurez assez de pâte pour réaliser une tartelette (11 centimètres de diamètre), compter environ 65g de confiture par tartelette. Cuisson 15 minutes. 

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 16:41 - Such a sweet tooth... - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 17 janvier 2020

Le cake aux fruits (secs) qui fait aimer les cakes aux fruits

 

cake fruits-2

 

 

Je n’aime pas les fruits confits et je ne vous parle pas des cakes aux fruits confits. Mais ce cake-là n’est pas aux fruits confits mais aux fruits secs et ça change tout ! De quoi vous faire aimer les « cakes aux fruits » (ou « fruits cakes » en anglais). C’est Patoumi qui l’avait réalisé et ramené lors d’un week-end à Strasbourg et il m’avait enchanté par son moelleux et le fait qu’il soit si différents de ce que j’avais pu gouter jusque-là : parfumé, dense, riche en fruits secs et moelleux. Très réconfortant quoi. Je l’ai refait depuis plusieurs fois : comme il se bonifie avec le temps il faut le réaliser 5 à 7 jours à l’avance ce qui est super pratique : on le prépare quand on a le temps puis on l’oublie ! Déjà ramené au boulot suite à un débat sur les « fruits cakes » et en week-end entre copains pour les petits déjeuner comme les gouters. A vous de tester !

 

LE cake aux fruits sec ou « Cake ultra doux aux fruits secs et à la vanille » (titre original du livre « Délices et cœur brulé » - recette à peine adaptée)

A réaliser 5 à 7 jours en avance !

cake fruitsPour un cake (en général je multiplie les proportions par deux et j’en fait deux d’un coup)
20g de lait
1 belle gousse de vanille
200g de farine
100g d’abricots secs moelleux (dénoyautés)
100g de pruneaux moelleux (dénoyautés)
100g de raisins de Corinthe
100g de raisins blonds
Les zestes d’un citron non traité
100g de beurre à température ambiante
100g de sucre glace
100g de poudre d’amande
1 cuillère à soupe d’extrait de vanille (maison)
30g de crème épaisse
1 œuf entier + 1 jaune + 2 blancs (à température ambiante)
35g de sucre semoule
Glaçage (optionnel – je ne le fais pas toujours) :
200g de sucre
Le jus d’un citron jaune
1-2 cuillères à café de rhum

Fendre la gousse de vanille en deux dans la longueur, avec la pointe d’un couteau récupérer les graines.
Faire tiédir le lait, y faire infuser la gousse et les graines de vanille pendant 30 minutes minimum (ou tout une nuit si vous pensez à vous y prendre à l’avance).
Mélanger la farine avec les fruits secs et les zestes de citron. Les fruits doivent être bien enrobés de farine pour éviter de tomber au fond du moule.
Battre le beurre en pommade jusqu’à ce qu’il devienne mousseux, ajouter le sucre glace puis la poudre d’amandes et l’extrait de vanille. Ajouter ensuite la crème, l’œuf entier et le jaune d’œuf.
Continuer de fouetter puis ajouter le lait à nouveau tiédi (sans la gousse) puis le mélange farine-fruits secs.
Préchauffer le four à 200°C.
Monter les blancs en neige pas trop ferme (bec d’oiseau), en ajoutant petit à petit le sucre semoule. Les ajouter avec délicatesse à la pate
Beurrer et fariner généreusement un moule à cake, garnir de préparation et cuire 35 à 40 minutes à 180°C.

Pour le glaçage : mélanger tous les ingrédients, démouler le cake sur une grille au-dessus d’un plat allant au four, glacer le dessus et les côtés du cake puis enfourner à 220°C le temps que le glaçage devienne transparent et forme une croute.

Bien emballer le cake et laisser reposer 5 à 7 jours avant de le déguster.

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 09:34 - Such a sweet tooth... - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,