Beau à la louche

un peu plus que de l'eau à la bouche...

mercredi 17 octobre 2007

Les vins de Corbières aiment le munster, je répète, les vins de Corbières aiment le munster...

WFP1

 

Lundi, le fooding organisait une Wine & Fooding Party à Strasbourg. Un concept moderne et hype (avouons le…) et surtout un chouette prétexte pour se régaler entre gourmands. C’est vraiment par le plus grand des hasards que je suis tombée sur un site qui parlait de l’événement, me renvoyant au programme de la soirée… et pourtant s’eut été idiot de rater ça…

Trois lieux différents pour trois chefs différents dans trois ambiances différentes et, à chaque endroit des tapas qui nous attendaient (bon, parfois c’est surtout nous qui attendions les tapas de luxe…^^) et à chaque fois du vin, des vins proposés, des vins de Corbières. Apparemment tous étaient loin d’être bons, mais pour ne pas changer mes habitudes, je ne vais pas m’amuser à vous parler de ce que je ne connais pas et que je suis bien incapable de juger…
 


food6     food7

Partenaire de la soirée, l'AOC Corbières
 


La soirée a commencé dans une fille d’attente sur la terrasse du café du TNSfood12 L’événement avait trouvé son public, le succès était au rendez vous… Nous entrons après avoir murmuré à l’oreille d’un garde le mot de passe permettant l’accès au « Foie gras de canard et absinthe, chutney aux figues » et au « Cappuccino de pommes de tefood11rre et munster » dressé devant nous par Jean-Georges Klein, siphon à la main… Il y a beaucoup de monde, le foie gras est bon, mais l’ensemble reste assez banal, par contre le cappuccino met tout le monde d’accord, c’est subtil, fin, délicat et über miam. Ça donne envie de sortir son siphon à Hélène… et à moi de m’en acheter un nouveau qui marche. Bon et puis ça donne aussi envie d’aller faire un tour à Baerenthal, mais je crois que là, je vais encore attendre encore un peu…




food5     food4


Quelques mètres plus loin on change d’atmosphère en entrant à la Passerelle… il y a un peu plus de monde, et cette fois ci c’est Eric Girardin (chef du restaurant strasbourgeois la Casserole) qui officie. C’est l’étape qui m’a le moins convaincue, déjà à l’intitulé, Hélène avait justement prédit que « Anguille fumée et concombre en gelée, crème légère au raifort » n’allait pas forcément séduire mes papilles… Le « Lieu noir en goujonnette de citronnelle, sauce aigre-douce réduite aux épices » était meilleur, tout particulièrement cette sauce qui a conquis tout le monde : sucré, amer, acide et délicieuse à la fois.


food9     food1

L'anguille et la gelée de concombre
La terasse du cornichon en accès vip...


La dernière étape fut celle de la douceur, encore une fois on susurre notre mot de passe à l’entrée du cornichon masqué et cette fois on entre chez la fée des confitures. La terrasse du cornichon masqué a été sympathiquement isolée du reste de la PMG (comprendre Place du Marché Gayot, the endroit où voir et être vue dans la ville, et aussi l’endroit où payer chacun de vos verres à un prix exorbitant…) et l’endroit est calme, chaleureux et conviviale et au final le plus agréable et sympathique des trois lieux (pour moi). Ne connaissant le cornichon masqué que du point de vue de sa terrasse, j’entre cette fois dans les salles exiguës du restaurant, c’est Christine Ferber qui s’est occupée de la touche finale de douceur et c’est délicieux…

 

food8     food10

On finit visiblement plus facilement les merveilles de Christine
Ferber que les verres de rouge...


... je goûte d’abord au « Confit de griottes et framboises, crème glacée à la rose, petit bâton sablé au beurre et à la vanille » et me pâme, mais je succombe encore plus au « Confit de coings et de mangues aux épices et crème glacée à l'orange et à la cannelle, petit bâton sablé au beurre et aux noisettes ». Magique. Christine Ferber répond à nos questions tout en dressant les petits gobelets et se dit ravie de voir que certains gourmands viennent en reprendre plusieurs fois… Il faisait encore bon après cette belle journée d’octobre, mais tout avait été prévu et la terrasse du cornichon masquée était chauffée, afin que nous puissions encore prolonger un peu ce moment à bavarder sur les pavés, un verre de vin à la main…

 

food3     food2



Les adresses des lieux et des chefs cités dans ce billet :
L'Impro TNS - 1 avenue de la Marseillaise - Strasbourg
La Passerelle - 38 quai des Bateliers - Strasbourg
Le Cornichon Masqué - 17 place du Marché Gayot - Strasbourg
Jean-Georges Klein, L'Arnsbourg - 18 rue Untermuhlthal - Baerenthal
Eric Girardin, La Casserole - 24 rue des Juifs - Strasbourg
Christine Ferber, Maison Ferber - 18 rue des Trois-Epis - Niedermorschwihr


WFP2

Note: les photos sont le miennes, les images-logo-flyers sont ceux du Fooding®

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 08:25 - Restaurants - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Ah... chouette billet pour une super soirée !
    "On finit visiblement plus facilement les merveilles de Christine
    Ferber que les verres de rouge..."
    hé hé hé... mdr ! )

    Posté par LN, mercredi 17 octobre 2007 à 09:21
  • Je ne veux pas parler de ce que tu ne connais pas mais ton titre laisser supposer un billet sur l'accord, ou au minimum, un entrefilet sur ce cappucino au munster et un vin de Corbières dégusté avec... Suis un peu déçue...

    Posté par Tiuscha, mercredi 17 octobre 2007 à 09:44
  • mon titre n'est que le mot de passe qui donnait accès à l'évènement... forcément tout le monde ne peut pas le comprendre/deviner mais parfois, j'adore faire des sortes de private joke, des allusions qui ne seront comprisent que par une petite poignée de gens...
    c'est tout!

    Posté par loukoum°°°, mercredi 17 octobre 2007 à 09:51
  • c'est sympa de participer à des événements comme ça...et d'en faire profiter les autres par la suite !!

    Posté par Foodie froggy, mercredi 17 octobre 2007 à 10:51
  • Concept très sympa et plaisant à développer un peu partout en France...
    Le cooncombre en gelée a retenu toute mon attention...le reste aussi d'ailleurs...
    Bon mercredi

    Posté par Olivier, mercredi 17 octobre 2007 à 11:40
  • J'ai participé au fooding de Toulouse en mai/juin dernier. C'était chouette et très bon, mais les files d'attente étaient interminables et du coup on n'a pas eu le temps de goûter à tout (notamment à cause des tricheurs qui doublaient tout le monde et qui prenaient plusieurs portions pour une personne...). Donc voilà, ton billet m'a rappelé cette soirée sympathique, mais qui aurait peut-être gagnée à être un peu mieux organisée.

    Posté par Barbara, mercredi 17 octobre 2007 à 14:11
  • chouette, j'aurais adoré rencontrer Christine Ferber.

    Posté par clem, mercredi 17 octobre 2007 à 18:44
  • Sympa

    Les adresses. Je prends note comme je suis une bonne épicurienne. En tous cas beau le programme. Pommes de terre etc etc...un festin de Reine. Bonne soirée

    Posté par eleonora, mercredi 17 octobre 2007 à 21:43
  • Je reve de deguster ces petits mets sucrés .. À te lire c'est presque comme si c'etait fait ! Merci pour ce "reportage-foodique-strasbourgeois"

    Posté par Emilie A., mercredi 17 octobre 2007 à 22:20
  • tu nous mets l'eau à la bouche avec ta super soirée... pour moi ce sera un cappucino !!

    Posté par MyriamJ, jeudi 18 octobre 2007 à 09:00
  • Tien qu'est ce que c'est que ce truc en bas de chez moi ? Le restau sous ma fenêtre est tout baché. le fooding ?
    Mais on parle de nourriure alors j'aurais du savoir que la solution serait apporté quelques jour plus tard ici.
    Un evenemetn gustatif a strasbourg et hop de nouvelles fraiches du front apparaissent sur ce blog.
    Chouette !

    Posté par berlouche, jeudi 18 octobre 2007 à 09:44
  • Nouvelle emission Cuisine TF1

    Bonjour,
    Je suis Eloïse, journaliste pour une émission de télévision sur le thème de la cuisine.
    En lisant votre blog je me dis que vous seriez peut-être intéressée par notre programme.


    Nous recherchons des familles qui souhaiteraient participer à un programme court, prochainement diffusé sur TF1 à l’heure du déjeuner, présenté par Julie Andrieu (connue pour ses nombreux livres de cuisine et pour ses émissions sur TF1, Cuisine TV ou Europe 1).

    Le principe : Les recettes et conseils culinaires de Julie adaptés à chaque membre de la famille.
    Une famille reçoit Julie Andrieu pour apprendre les trucs et astuces essentiels pour une cuisine raffinée, simple et équilibrée.
    Julie cuisine avec chaque membre de la famille à qui elle apprend individuellement des recettes qui correspondent à son niveau, ses habitudes ou ses contraintes (régime spécial, aliments interdits etc…),y compris avec les enfants qui sont initiés au goût et à la cuisine de façon ludique...
    Le tout se déroulant dans une atmosphère chaleureuse et conviviale!

    Pour participer à ce nouveau concept, nous recherchons des familles dynamiques et motivées avec au moins deux enfants.
    Si cela vous intéresse ou pour plus d'informations, merci de me contacter au 01 41 38 80 00 ou par mail à l'adresse suivante : candidaturecuisine@hotmail.fr

    N'hésitez pas à faire passer l'info autour de vous...
    A bientôt peut-être!

    Eloïse

    Posté par Eloïse, jeudi 18 octobre 2007 à 18:16
  • Barbara: merci pour cette vision de l'autre côté de la france

    Berlouche: MDR

    Eloïse: que répondre? Rien puisque de toutes facons vous ne risquez pas de repasser par ici. J'ai failli supprimer ce commentaire tant je porte TF1 dans ma plus haute estime ^^ un peu comme ces commentaires laissés de façon systématique à des endroits plus ou moins inappropriés puisque, sachez le mademoiselle, je n'ai point de marmaille qui braille autour de moi...

    Sur ce...

    Posté par loukoum°°°, jeudi 18 octobre 2007 à 20:13
  • Loukoum : personnellement, j'aurai supprimé ce commentaire. et ecrit à la direction de la chaine en expliquant qu'un espace de débat sur un sujet particulier n'est pas un espace publicitaire gratuit pour le recrutement de rats de laboratoire pour une emission de plus qui contribuerai à la déliquescence intellectuelle de l'occident et à l'OPA de Coca Cola sur le temps de cerveau disponible.

    Mais bon, ce n'est que mon avis. Apres tout, L'éloise en question a du demanderà l'informaticien de son service de faire tourner un script qui chope le N premiers resultats d'une recherche de type "blog cuisine" pour y poster automatiqueemnt dans les champs de commentaires cette missive tout aussi édifiante que standardisée.

    Personellement j'apelle ca du spam. mais apres tout, le spam, à l'origine, c'est du jambon en boite, on reste dans la cuisine.

    Et puis peut etre que la consecration en terme de popularité d'un blog, c'est quand TF1 decide de l'utiliser pour y faire sa pub, c'est plutot flatteur...

    --

    Mais ce n'etait pas l'objet de mon post, en fait.

    Le Fooding! doux jesus! J'avais pensé, esperé, que ce "concept" (c'était avant que deviennt une site web, une marque déposée) était resté confiné dans les bas fonds de l'apogée de la nouvelle cuisine bobo du début des années 2000, de sinistre mémoire, qui a terminé en apothéose avec un "pique nique fooding" sur le champ de mars ou jeunes parisioïdes branchés aux dents longues et aux chaussures-de-sport-avec-lesquelles-on-ne-peut-pas-faire-de-sport avaient eu l'insigne honneur de cotoyer des personnalités hype dans la veine d'Ariez Wizman, Alain de Greef, et certainement quelques réfugiés du Caca's club (comprendre que si Baer et Beigbeder y était pas, c'est que peut etre que l'un preferait manger vraiment plutot que de se montrer dans une sauterie, et que l'autre avait pas faim vu l'encombrement de ses narines).

    Le fooding. Des heures sombres de l'histoire de la gastronomie. L'enfant batard de la nouvelle cuisine et d'un mauvais trip de créatif publicitaire qui s'est senti obligé d'inventé un mot-valise anglophonoïde - ("nourriturage", ca le faisait tout de suite moins) - pour dire "bien manger dans un cadre aréable). Oh, l'idée eétait louable au debut. Comme beaucoup d'idées louables au début, du Christianisme au Marxisme en passant par l'autofiction ou l'electro scandinave.

    Et puis il s'est passé un truc. Une sorte de mutation. On a mis un mot bizarre sur une idée inoriginale, et il y a eu une metamorphose. Comme quand les téléphones sont devenus des accessoires de convergeance numérique portable. Comme quand on a commencé à ouvrir un bar à eau chez Colette.

    Après ça, le drame était né : un supplement sur les "endroits fooding de la capitale" dans Nova magazine, la victoire eternelle de la forme sur le fond, la dissimulation de banalité (au mieux) ou de la médiocrité (au pire) de la qualité derrière des débauche de branchitude topologiques. Le m'as-tu-vu a remplacé le que-vais-je-manger. D'habitude, la mort de la branchitude, c'est quand un phénomène finti par sortir du cercle des lecteurs de Teknikart. Ici, c'est quand il est sorti du cercle des rédacteurs de Teknikart.

    Après ca, on ne s'etonnera pas que les bobos soient détestés par les bouregois et méprisés par la bohème, et que finalement les seuls qui leur portent de l'intérêt (ou de l'interet à leur portefeuille) sont les vendeur d'iPods, de voitures hybrides et de café équitable.

    Je suis horrifié de voir qu'on a ressorti le fooding d'un placard (d'un frigo) ou il aurait du rester, ce sont des choses comme ca qui transforme la cuisine en un concours de flatulences plus haut que son posterieurs, au point que j'ai arreté de dire que je cuisinais, je fais simplement à manger.

    Mais je dois etre le seul à qui ca fout la gerbing. Et si vous entendez un bruit bizarre, c'est simplement la terre qui dévie de son orbite, sa trajectorie perturbée par la rotation de Bernard Loiseau dans sa tombe.

    Monde de merde.

    Posté par Raoul Duke, lundi 29 octobre 2007 à 03:15
  • l'electro scandinave n'a rien à se reprocher

    et puis subitement je me demande qui avait un ipod et buvait du café des petits producteurs fut un temps lointain...

    Ensuite tu ne "cuisine" pas mais tu "fais à manger" de façon très pompeuse puisque tu preches un peu ta manière d'operer comme un prophète, or les prophètes...

    Posté par loukoum°°°, mercredi 31 octobre 2007 à 18:07
  • Si, si, l'éléctro scandinave, c'était bien au premier album, et puis après...

    Et effectivement, je suis dans la même cible marketing que les gens que je décris et décrie. Peut etre parce queje me décrie moi-même? peut etre que c'est justement parce que j'en fais partie que je suis bien placé pour l'ouvrir?

    quand à ton troisième point, c'est du procès d'intention. C'est l'assistance publique de paris qui se moque des hospices civils de lyon. tu me reparleras de facon pompeuse quand tu arreteras d'enroules les spaggethis en forme d'Holoturies. Je ne me vois pas comme un prophète, mais si d'autres le font, je suis flatté. Je pense pas que parler et penser à contre courant de la tendance générale soit prophétique. C'est une condition necessaire, mais pas suffisante.

    Je prone juste de se focaliser sur le fait que finalement, à la fin, c'est à propos de choses qu'on va ingerer. Pas des concepts, pas des experiences sensorielles multiples, pas des photos et des chefs qui passent à la télé. Juste de la bouffe. Désnobiser un peu le truc.

    Finalement, tu me reproches d'etre contradictoire? Ca me flatte.

    Posté par Raoul Duke, jeudi 1 novembre 2007 à 01:54

Poster un commentaire