Beau à la louche

un peu plus que de l'eau à la bouche...

mercredi 22 août 2007

Dégainez votre wok!

udonB2Il y a « quelques » jours déjà une Bretzel qui habite à deux pas de chez moi est venue manger. Ca tenait un peu du miracle de trouver une soirée où nous étions toutes les deux libres... Une très agréable soirée à bavarder... et il n'est pas toujours facile de cuisiner pour quelqu'un qui blog cuisine aussi... j'avais décidé de ne pas faire compliqué ou trop long. Mais, fidèle à mes habitudes, plutôt que de cuisiner un plat que je maîtrise, que je connais, je me suis lancée dans l'inconnu... Des recettes jamais tentées et un livre souvent ouvert mais pas encore défloré...

Un jour, je vais me planter en me lançant dans l'inconnu le jour où j'aurai un repas potentiellement "important"... et ça me servira de leçon. Mais au fond, je crois que j'aime bien faire ça, n'être fixée quant au résultat du plat que quasi en même temps que les personnes qui viennent manger chez moi. Parfois je fais la grimace, ce n'est pas vraiment le résultat que je voulais, mais toujours mes cobayes ont été indulgents. Pourtant je ne les incite pas à l'être; au contraire.

Cette fois ci, j'ai choisi de piocher deux recettes dans le livre « Wok facile » aux éditions Marabout, livre que mes copains avaient eu la bonne idée de m’offrir, en compagnie d’un wok, pour mon anniversaire il y a déjà quelques temps. C’était une vraie bonne idée d’associer ce bouquin à la découverte du wok car il traite de tous les modes de cuisson offert par cet ustensile : les plats sautés, les recettes croustillantes (nldr: « croustillant » est un terme diplomatique qui veut dire « frit »), celles mijotées et la cuisson à la vapeur.

J’ai opté pour quelque chose de basique : des crevettes caramélisées ; et quelque chose de plus intriguant : des nouilles udon (mmmhhh) servies avec une sauce au lait de coco (des pâtes et une sauce coco… ouhhh étrange…). Je suis mitigée quant à l’utilisation du lait de coco ; il y a quelque temps j’aurai dit que je n’aimais pas ça (je pense en avoir été écoeurée sans réellement savoir par quoi) mais depuis j’ai fait quelques bonnes expériences (dont celle ci) et petit à petit je revoie mon jugement.

Nouilles udon au citron vert et lait de coco
Recette légèrement adaptée par rapport à celle du livre

Pour deux bols :
250g de udon
½ cuillère à soupe d’huile
1 cuillère à café d’huile de sésame

1 petite échalote
½ piment rouge épépiné
1 petite gousse d’ail
1 cuillère à café de gingembre fraîchement râpé (éplucher puis râper un morceau de gingembre frais)
1 cuillère à café de jus de citron vert
1 cuillère à café de nuoc nam
1 cuillère à café de sucre en poudre
140mL de lait de coco
Quelques feuilles de coriandre
Echalotes (ou oignons) frites
udon_coco
Faire cuire les nouilles udon dans une grande quantité d’eau salée. Quand elles sont al dente les égoutter et les passer ensuite sous un filet d’eau froide pour stopper la cuisson, égoutter encore et réserver.
Éplucher et émincer finement l’échalote.
Épépiner et émincer très finement le piment rouge.
Éplucher et râper la gousse d’ail.
Mélanger l’échalote, le piment, l’ail et le gingembre.
Faire chauffer les huiles dans le wok ; y faire revenir ce mélanger trois minutes.
Mélanger le lait de coco, le citron vert et le nuoc nam. Verser ce mélange dans le wok et laisser frémir pendant cinq minutes (la sauce va épaissir). Réchauffer les udon dans cette sauce.
Servir dans un bol avec quelques feuilles de coriandre et des échalotes frites.

Les nouilles udon, j'en suis fan, leur épaisseur leur confère une texture toute particulière, toute douce et moelleuse, irrésistible. Même natures c'est un délice. Pensez-y, on trouve ces nouilles japonaises dans les épiceries asiatiques.

Ensuite cette sauce coco c'était top! Ca m'a vraiment bluffée. Ce n'était pas une sauce où les udon baignaient mais un agréable nappage parfumé, délicat. Je le referai, et vite! Je pense même que l'on peut forcer un peu certains parfums, pas trop pour ne pas perdre la subtilité, mais ici les dosages reste très faibles (en citron, nuoc nam, ail, gingembre, piment...)


Crevettes caramélisées

40 crevettes (+/- selon leur taille)
1  cuillère à soupe d’huile d’olive
1 gousse d’ail épluchée et râpée
1,5 échalote épluchée et finement émincée
30g de sucre de palme
60mL d’eau chaude
1cuillère à soupe de nuoc nam
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
Quelques feuilles de coriandre
Quelques quartiers de citron vert


crevette_udonDécortiquer les crevettes en gardant les queues.
Faire revenir les crevettes dans l’huile d’olive sur feu vif avec l’ail et l’échalote pendant une minute en remuant. Réserver hors du wok.
Râper le sucre de palme, le mélanger avec l’eau, le nuoc nam et le vinaigre de riz ; mettre ce mélanger dans le wok et faire réduire pendant une dizaine de minutes jusqu’à ce que ça prenne la consistance d’un sirop.
Ajouter ensuite les crevettes et faire revenir encore 2 minutes. [Là le truc c’est que les crevettes ont encore rendue du jus chez moi et empêché d’avoir de vraies crevettes caramélisées… Je ne les avais peut-être pas assez saisies avant ??]
Servir avec quelques feuilles de coriandre et des quartiers de citron.

De ce côté, je n'ai rien trouvé d'exceptionnel.
Ce n'était pas mauvais (du tout) mais pas réellement caramélisé... Je crois que je m'attendais à quelque chose d'autre: plus de côté "laqué" et moins de "douceur"...


Côté dessert: La key lime pie de Guillemette


key_lime_pie

 

Pour trois tartes individuelles

100g de biscuits thé® de Lu
50g de beurre fondu
200g de lait concentré sucré
2 jaunes d’œufs
70ml de jus de citron vert

Préchauffer le four à 180°C.
Passer les biscuits au mixeur pour les réduire en miettes, y ajouter ensuite le beurre fondu et mélanger. Disposer cette préparation dans un disque à entremet (déposée sur une plaque recouverte de papier sulfurisé) ou un petit moule à charnière (+/- 9 centimètres de diamètre), tasser le fond et les bords à l'aide du fond d'un verre. Cuire environ 10 minutes (la croûte va dorer).

Battre les jaunes d’œufs avec le lait concentré, ajouter le jus de citron, et mélanger pour obtenir une consistance crémeuse. Verser cette garniture dans le fond biscuité, et cuire environ 20 minutes (la crème au citron doit être prise).

Servir froid. (J'ai réalisé les tartes la veille et c'était très bien)

C'est donc une sorte de tarte au citron à la mode américaine. C'est bon mais trop sucré je trouve... donc je me demande si je ne vais pas retenter le coup avec du lait concentré que je sucrerai moi même. Mais je ne suis pas une pro en la matière, c'est la première fois que j'utilisais/achetais du lait concentré (j'ai même cherché pendant un long moment au rayon lait en vain...^^). Je me souviens bien des petits berlingots à la mode dans les cours de récréation pendant une période. Le service marketing avait bien bossé sur ce coup là. J'avais naturellement dû dire à ma mère que c'était trop bien (ou trop bon?) et que j'en voulais moi aussi. Sauf qu'à la première gorgée, j'ai trouvé ça immangeable et ma mère a bien dû s'en rendre compte puisque les berlingots n'ont jamais été mangés. C'était un peu comme le babibel: ça me plaisait, c'était ludique, j'avais envie d'aimer ça... et régulièrement je demandais à ma mère de m'en acheter et systématiquement j'étais obligée de me rendre à l'évidence: c'était infâme. Naturellement ma mère a vite cessé de céder à mes caprices de babibel qui revenaient tous les 36 du mois et se terminait toujours avec des trucs rouges qui périmaient dans leur coin du frigo pendant que j'espérais secrètement que ma mère ne les remarquait pas (ben voyons ^^)...

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 09:48 - Pâtes, riz, pomme de terre & co. - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Je serai brève ... mais voilà donc une excellente idée puisque je n'ai encore jamais réuni les nouilles udon et le lait de coco !
    Merci Loukoum d'être passée déposer chez moi ce petit bijou cocolacté ! ;o)

    Posté par Annellénor, mercredi 5 décembre 2007 à 23:22
  • mais de rien

    Posté par loukoum°°°, jeudi 6 décembre 2007 à 07:39
  • Je me souviens que la recette des nouilles udon sauce coco/citron vert m'a plu dès le départ, j'ai tjs eu en tête de l'essayer un jour et ce jour-là est ENFIN arrivé...La cuisine asiatique, j'adore, j'ai des souvenirs émus de plats délicieux dégustés lors d'un voyage au Cambodge où vivait alors ma soeur, mais je suis rarement "passé à l'acte" par moi-même, cette cuisine-là m'intimide, j'ai l'impression de ne pas la "maîtriser" suffisamment pour ne pas me planter...
    Bref, hier soir, ayant -une fois n'est pas coutume- tous les ingrédients sous la main (aux feuilles de coriandre près...), j'ai fait ta recette et nous nous sommes tout simplement régalés.Mon homme a généralement le jugement bref (!!) mais juste, il a trouvé ça délicieux, parfumé, fondant,relevé, une réussite.La prochaine fois je tente les crevettes caramélisées avec.
    Merci pour ta réponse à mon dernier comm.Je traverse effectivement une période un peu délicate et ne suis pas motivée par grand chose. C'est ainsi,et c'est probablement passager (j'espère!!) .
    Dernière chose:les bruissements de la toile sont venus jusqu'à moi via une de tes copines masquée (!!), j'attends moi aussi impatiemment cette recette que tu vas nous livrer...
    Bises, Pauline.

    Posté par Cécile, mercredi 30 janvier 2008 à 09:55
  • Moi aussi j'avais peur au début, surtout avec une copine chinoise et un copain à moitié vietnamien, pas facile de ne pas avoir peur de la comparasion lors des repas entre copains... mais petit à petit j'apprivoise la chose ou tente de l'adapter à ma façon.
    En tous cas tu as eu de la chance d'aller au cambodge. Tas soeur a du y apprendre pas mal de choses en cuisine...
    Je suis ravie que la recetet vous ai plus. Je ne l'ai pas encore faite à N. car monsieur prétend ne pas aimer le lait de coco, et je reste persuadée que cette recette le fera changer d'avis, ton commentaire me conforte dans mon idée, je crois qu'il va y gouter la semaine prochaine ^^

    J'espère que tu vas bien, moi je sors de la période de vide sidéral petit à petit... la preuve, j'ai tardé à utiliser l'or vert du cookie masqué...
    Bisous

    Posté par loukoum°°°, jeudi 31 janvier 2008 à 21:00
  • Moi aussi j’aime beaucoup les udon, donc j’ai essayé ta recette: c’était très bon, je la note! (j’ai juste raté les échalotes frites, tant pis, c’est pas très grave).

    Posté par Claire, dimanche 26 avril 2009 à 23:25
  • raté car tu les as fait toi même ou car tu les a oublié?
    Parce que moi, je ne les fait pas moi même: je les achète toutes prêtes en boite chez paristore

    Posté par loukoum°°°, mardi 28 avril 2009 à 21:54
  • ) Ahh, d’accord!!... Je ne savais même pas que ça s’achetait déjà fait, des échalotes frites!
    J’ai pensé bêtement qu’il suffisait de les faire griller dans de l’huile, mais en les faisant je me suis rendue compte que ce n’était pas si simple...

    Posté par Claire, mercredi 29 avril 2009 à 21:43
  • je me souviens des berlingots avec Tic et Tac dessus. Ma soeur et moi, on a dû arrêter d'en manger quand ils ont disparus de l'emballage (et parce qu'on devenait un peu grandes aussi

    Posté par Maïlys, mercredi 22 août 2007 à 10:05
  • Ah ah trop fort le coup des babibel, je n'ai pas poussé ma mère à en acheter souvent mais j'étais un peu comme toi, j'aimais la cire rouge, pas le fromage à l'intérieur...
    Les berlingots j'aimais bien mais... au risque d'être enrouée plusieurs jours tellement c'était sucré ce truc !!!

    Sinon comme d'hab j'ai envie d'essayer ta recette (celle avec le kadaïf attendra... ma pâte était moisie !!! Dégoutée !!!)

    ps: ça va un peu mieux avec les photos ?

    Posté par Cocje, mercredi 22 août 2007 à 10:13
  • Mailys: je me souviens des tic et tace en effet

    Cocje: j'attend mon facteur de pied ferme. Mais c'est pas le genre matinal..
    Pas sympa le gout de kadaif moisi, mais tente les udon, tu verras tu ne seras pas déçue!

    Posté par loukoum°°°, mercredi 22 août 2007 à 10:20
  • Décidément, quand ce n'est pas le poisson qui exsude un liquide, ce sont les crevettes qui rendent du jus ).
    J'aime bien ce repas avec le citron vert en fil conducteur, et je retiens l'idée d'une sauce au coco pour les nouilles, çà ne me serait pas venu à l'idée, mais çà va très bien avec le riz, alors pour pas les udons ou autres sobas?

    Posté par Patrick CdM, mercredi 22 août 2007 à 10:40
  • j'étais comme toi avec le babybel, envie d'aimer çà, mais pas possible !
    il va vraiment falloir que j'achète ces nouilles udon, je n'en ai jamais gouté

    Posté par Cathy, mercredi 22 août 2007 à 10:43
  • J'ai le wok et le même livre également offert à l'occasion de mon anniversaire en Juin. Je le feuillete aussi mais faudrait que je m'y mettes.
    Ce qui est drôle c'est que j'ai prévu aussi de faire ce weekend le Key lime pie de Guillemet. Excellent ! Bises

    Posté par PHILO, mercredi 22 août 2007 à 10:46
  • Ah dis tu me replonge dans cette très agréable soirée et tous les bons petits plats que tu m'avais mitonnés !

    Côté nouilles c'est clair, c'était vraiment réussi, elles étaient si bonnes que j'ai dégusté chaque nouille... j'ai pris mon temps

    J'ai bien aimé les crevettes aussi, elles avait un côté très arômatique que j'ai bien apprécié !

    Côté dessert, nous étions unanimes

    P-S : pas fais exprès promis ! Mais devine ce que j'ai publié ce matin !!!
    P-P-S : Mon wok ressort ce soir !

    Posté par Flo, mercredi 22 août 2007 à 10:50
  • Nous sommes bien pareilles à faire des "essais" culinaires, lorsque l'occasion s'y prête peu ! L'amour du risque je ne vois pas d'autre explication !!! je ne connais pas du tout les nouilles udon, mais ta description me donne bien envie d'essayer.
    Bises

    Posté par Ganesha, mercredi 22 août 2007 à 11:02
  • j'ai découvert la cuisine wok il ya peut, et ça me plait bien, tes recettes aussi d'ailleurs!

    Posté par margot, mercredi 22 août 2007 à 11:03
  • avec des plaques électriques, le wok, j'oublie ... je me console en me disant que ça fait un truc encombrant de moins chez moi
    Les nouilles udon je n'ai opas encore essayé pour la simple et bonne raison que je n'ai même pas encore essayé les soba que j'ai achetées, je ne sais pas quoi faire avec ... mais ta description me donne faim alors y'a plus qu'à
    Et tu fais bien d'improviser systématiquement. En général quand je refais une recette, c'est moins bon p

    Posté par marion, mercredi 22 août 2007 à 11:04
  • Après les soba au matcha testées il y a peu il va falloir que je teste les udon avec cette sauce qui m'a l'air délicieuse !

    Posté par bergeou, mercredi 22 août 2007 à 11:13
  • Patrick: et oui, je suis encore loin d'être une pro de la cuisson du poisson et des crustacés. Mais je me soigne puisque c'est en forgeant que l'on devient forgeron. Non?

    Flo: nous sommes parfaitement synchro Les grands esprits se rencontrent...

    Ganesha: oui, ca doit etre l'amour du risque... et puis ce genre de repas c'est aussi l'occasion rêvé pour faire des expérimentations... parce que au quotidien, on n'en a pas toujours envie

    Marion: j'ai aussi des plaques électriques. Car si le gaz c'est mieux pour le wok, ça n'a quand même rien à voir avec LES gaz des resto chinois, des trucs énormes capablent de te bruler toute entière... Et ça, ça sait saisir quelque chose, même les pauvres petits gaz de ville ne tiennent pas la route (dixit une chinoise)

    Posté par loukoum°°°, mercredi 22 août 2007 à 11:35
  • Et si tu as besoin d'idées pour les soba y'a trois recettes dans mon index.
    Je sais pas pourquoi j'arrive pas à poster les liens en commentaire

    Posté par loukoum°°°, mercredi 22 août 2007 à 11:37
  • Récemment j'ai utilisé une sauce du même style pour accompagner des dorades (citron vert, huile de sésame, gingembre, poivron rouge, ail, lait de coco) ;ça apporte vraiment une touche exotique...

    Posté par agastache29, mercredi 22 août 2007 à 11:38
  • Marrant, moi c'était l'inverse, ma mère, très bio, nature, ne nous a jamais acheté de babybels, brioche industrielle, lait concentré sucré, saucisses de strasbourg, bref, tous ce qu'elle considérait comme "faux aliments" (le coca était autorisé en cas de gastro uniquement), et j'ai pris une espèce de plaisir coupable dés que je me suis installée seule à manger des babybels micro-ondés dans un petit pain avec des knaks ou à acheter des petits pains fourrés au chocolat, j'avais l'impression d'être un gamin manegant la confiture en cachette...
    Mais je suis vite revenue à la "vraie" bouffe, l'attrait de la nouveauté n'ayant pas duré...

    Posté par Fantomette, mercredi 22 août 2007 à 12:53
  • Tiens tiens, le coup du babybel qu'on réclame à corps et à cris et qui finit par pourrir, ça me rappelle quelqu'un... Parfois je récupérais les coques pour faire des petits animaux comme en pâte à modeler...
    Et le lait concentré, uhhhhh... J'ai toujours vu ma maman en manger sur du pain frais mais la fois où j'ai voulu goûter... plus jamais ça! Je préfère le beurre salé!

    Posté par patoumi, mercredi 22 août 2007 à 13:35
  • Je suis comme toi, je me lance souvent dans l'inconnu avec mes invités (parfois des inconnus eux aussi, ça arrive !). Je ne me suis jamais "vraiment" plantée, mais ça ne saurait tarder

    Posté par Clea, mercredi 22 août 2007 à 13:44
  • trop fort la fin de ton billet...car je suis une pro du "j'aimerais bien aimé...mais", genre pour les cornichons, j'adorerais trouver ça trop bon , mais je bloque!et là du coup tu m'offres un autre exemple! Première chose moi zoci j'aimais pas les berlingots malgré moi.... en revanche tu vas peut être me faire changer d'idée sur les "udons". Car dans la série je "bloque-allez-savoir-pourquoi", j'avais fait une croix sur ces pâtes,juste parcqu'une amie me les a décrites comme "glutineuse" et verre-de-terresque", sans même les avoir goûté moi-même!! Alors qui sait, tu vas peut être me tenter!!...en tout cas pour le reste du menu j'ai cédé!

    Posté par Amande, mercredi 22 août 2007 à 14:22
  • je crois qu'on est tous pareils, moi aussi je me lance toujours dans l'inconnu, les valeurs sûres c'est moins marrant!!
    très joli dîner en tout cas!

    Posté par stef, mercredi 22 août 2007 à 15:14
  • Toujours des repas aussi sublimes et originaux...J'adore moi aussi me lancer dans des nouveautés quand je reçois...apparemment même si quelque fois c'est limite, mes invités adorent revenir...alors...CQFD...Bonne fin de semaine...

    Posté par Olivier, mercredi 22 août 2007 à 16:18
  • Je veux bien me planter comme ça...

    Posté par noémie, mercredi 22 août 2007 à 16:26
  • comme toi, impossible de faire ma bree van de kamp...obligée de tester des nouvelles recettes lors de mes diners entre amis...mais que veux tu, on aime le defi!!! j'ai mandaté des amis pour aller me chercher des nouilles soba, tu en parle tellement bien!!! j'espere tenter ta recette au sesame tres prochainement...

    Posté par lanou, mercredi 22 août 2007 à 18:36
  • eh bien, fort sympathique ce menu !...

    les nouilles udon... c'est peut-être celles que j'ai acheté un jour, déjà cuites et en plastique sous vide, et que finalement je n'ai jamais mangé... car leur bouille toute ratatinée contre le plastique m'a découragée plus d'une fois...

    Posté par LN, mercredi 22 août 2007 à 21:33
  • je ne fais jamais une recette pour la première fois lorsque je recois, j'ai bien trop peur de me planter
    La recette de nouilles me semble bien sympatique

    Posté par nuage de lait, mercredi 22 août 2007 à 22:28
  • Ah, le gros problème de cuisine-blog-addict'ude... on n'aime pas vraiment refaire des recettes déjà testées et approuvées. On veut tjrs trouver "la" recette alors que... alors que nos blogs respectifs en sont pleins. Mais non, il y a un côté maso à tenir un blog culinaire... ça passe ou ça casse. Mais en même temps, c'est un défi contre soi-même. On essaie de surmonter certaines craintes comme Dorian et la pâte à chou. Bref, on est un peu fou dans la culinosphère... ou des passionnés. Je préfère penser que je suis une passionnée.
    Bizzzzzzz,
    Alexandra.

    PS: attention, je vais jouer les donneuses de leçons... mon côté sado cette fois;-D: l'abus de lait de coco est mauvais pour la santé car riche en graisse saturée donc si tu commences à revoir ton jugement, ne tombe pas dans l'excès.
    Ensuite, le sucre de palme est une des raisons de la déforestation... euh, chais pû où... ptêt Malaysie... en tout cas, je sais que cette déforestation détruit l'habitat de plusieurs espèces notamment le orang-outan. Je ne dis pas ça pour étaler ma science ou faire du prosélytisme, juste pour infos parce-que néanmoins j'utilise ces 2 ingrédients. On ne va pas se priver mais il faut juste être conscient.

    Posté par Miss Tiny, jeudi 23 août 2007 à 00:24
  • mmm, les key lime pies... j'adore tes photos

    Posté par Auralyn, jeudi 23 août 2007 à 04:55
  • Fantomette: je pense que c'est logique: en "interdissant" qqchose aux enfant on ne fait que dopper leur envie. Surtout si c'est une interdiction sur le long terme.
    Moi c'était pas banni, mais de moi mêmej'ai compris pourquoi elle n'en achetait pas spontannément.

    Amande: moi les cournichons, pas de prob
    En tous cas je serai ravie si j'arrive à te faire aimer les udon...

    Lanou: pourtant, pour tout le reste, je suis très bree van de kamp, je doit l'avouer
    Tiens moi au courant pour les soba.

    LN: re-coucou ^^
    Tu as choisi quelle tartine toi hier?
    Sinon pour les udon, je ne les ai jamais acheté fraiches alors je ne sais pas trop.
    Mes favorites, c'est celles ci:
    http://www.thailong.com/produits/2618_v.jpg
    http://www.thailong.com/produits/4133_v.jpg

    Miss Tiny:
    Oui, plutôt passionnés que fou
    Au quotidien quand j'ai pas trop le temps j'ai bien aussi refaire des trucs... mais rarement quand je prend le temps de cuisiner pour un repas.
    Sinon merci pour tes conseils. Pour le lait de coco je suis loin de l'abus et je ne savais pas pour le sucre de palme. Merci!
    Je pense comme toi les utiliser, mais avec parcimonie

    Posté par loukoum°°°, jeudi 23 août 2007 à 10:49
  • Je suis plus attirée vers tes recettes salées. Vous avez du passer une bien belle soirée! A bientôt j'espère.

    Posté par anne, jeudi 23 août 2007 à 12:34
  • j'ai cliqué trop vite: en fait j'adore tes recettes sucrées en géneral mais là le lait concentré ce n'est pas mon truc.

    Posté par anne, jeudi 23 août 2007 à 12:35
  • Hello
    J'ai pris celle aux anchois marinés (encore jamais goûté) et c'était très bon (avec câpres...) mais super pas-pratique à manger... mais on s'en fiche hein

    A l'occasion, faudra partager la même table !

    Posté par LN, jeudi 23 août 2007 à 14:16
  • Perso, j'ai une manière très simple d'éviter ce problème : je me lance dans l'inconnu à chaque fois que je cuisine.


    C'est très casse gueule. Mais au bout d'un moment on apprend à ne plus se planter. C'est vrai qu'il y a inconnu et inconnu, et pour les trucs important, il vaut mieux broder sur un thème déja connu.

    Je suis del'avis que plus on suit des recettes, moins on expérimente, plus on devient comme ces musiciens classiques (j'en connais beaucoup) les mecs connaissent toutes leurs gammes, sont capable de jouer parfaitement une partition que tu viens de leur mette sous les yeux, mais sont incapables d'improviser.

    Certes, ils ont une latitude d'interpretation, mais finalement, quand on écoute Beethoven, on écoute Beethoven. On ne dit pas qu'on a acheté un disque du philarmonique de berlin, dirigé par Karajan.

    Les musiciens de jazz, de blues, sauf quand ils jamment (et parfois on a l'impression que c'est ecrit, parce que l'improvisation, c'est un art) partent sur un standard, une idée, une grille d'accord et une mélodie. Le reste, c'est d'eux. C'est pour ca qu'on dit qu'on ecoute le dernier Herbie Hancock, pas un truc ecrit par Ellington.


    Là ou je veux en venir, c'est que je valorise beaucoup l'improvisation en cuisine, trop diront certaines, peut-être. je suis un peu trop free-jazz, mais je suis quand même un standard. Parce que j'ai envie que les gens mangent ce que j'ai cuisiné, pas la recette de Untel.

    C'est pour ca que je trouve parfaitement injuste que l'on complimente le cuisinier, pas l'auteur de la recette. Rares sont ceux qui inventent des recettes. Au mieux, ils font une variante. en musique, ca serait un arrangement.

    Mais evidemment, se planter quand c'est important, ca fait toujours mal. Seulement, c'est toujours important. Bien sur, comme un musicien, il faut s'entraîner tout seul. Mais je pense que l'art suprême, c'est de savoir suffisemment improviser pour pouvoir arriver à un niveau ou l'on ne se plante plus du tout. Même quand c'est important.

    Evidemment, c'est que mon avis. L'avantage de la recette, c'est qu'on peut en faire un blog. Les rares recettes que j'ai écrites sont impossible à suivre pour quelqu'un qui cuisine comme 90% des gens : il y a une liste d'ingredients, mais pas de quantités, et le processus de préparation est une sorte de recette dont vous êtes le héros, du genre "là, on peut ajouter ça, mais c'est pas obligé. on peut aussi faire ça, ca marche bien. sinon, j'avais pensé à ça, mais j'ai pas essayé".

    Après faut pas que je m'etonne que personne ne les essaye! Mais quand je cuisine, j'ai l'immense satisfaction de savoir que c'est moi que l'on complimente, pas Scally, Loukoum ou Marmiton.org. Evidemment, parfois, il y a un drâme genre "finalement, un flan au sushi caramel-gingembre, c'était peut être un peu trop improvisé", mais il deviennent rares.

    Posté par Raoul Duke, jeudi 23 août 2007 à 15:09
  • Jamais testé ces fameuses nouilles udon... faut que j'm'y mette
    Par contre les p'tits berlingot, je peux te dire que juste avant un match de hand ça donne un p'tit coup de fouet nickel pour enchaîner les sprints

    Posté par Baluchon, jeudi 23 août 2007 à 15:10
  • Rapport au commentaire de Raoul Duke: je te trouve un peu élitiste! Evidemment qu'on préfèrerait être Bach himself, mais n'est pas Bach qui veut et je me serais bien contenté d'être Karajan (sur le plan artistique,of course!). Moi, je suis bien contente que des cordons bleus existent et partagent avec moi (nous) leurs talents, leurs découvertes et leurs créations.Cela n'empêche pas de prendre son envol de temps en temps et sûrement de plus en plus au fil du temps. Et si je peux régaler la galerie grâce à Loukoum, Scally, Marmiton et tant d'autres, d'abord je commence par leur dire merci parce que je suis pas une ingrate et deuxio je suis contente parce que je suis pas difficile probablement!!
    Loukoum, merci à toi, tu es talentueuse et je ne m'arrêterai pas de sitôtde lorgner sur ton index de recettes .

    Posté par Cécile, jeudi 23 août 2007 à 16:25
  • Merci de ton avis Cécile, mais j'ai du mal m'exprimer : ce que je veux dire, c'est pas qu'il faut être Bach, mais que si on reste, pour toujours, au rang d'interprète, on ne saura jamais si on aurait pu être compositeur.

    de plus, Loukoum, Scally et Marmiton, n'inventent rien non plus, hein, si vous y regardez de prês. Au pire, c'est Lietz qui réarrange les symphonies de Beethov pour le Piano.

    tu me diras, à reflechir comme ca, on peut dire que rien est nouveau, et qu'on ne peut rien inventer en cuisine, que même quand on croit inventer, ca a peut-être déja été fait avant.

    Mais ce que je veux dire, c'est que, même si j'ai une conception très extrême de la cuisine (je me couperai un bras plutot que de suivre une recette : au pire, j'en regarderai une pour regarder les temps raisonnables de cuisson d'aliments que je ne connais pas bien, regarder quel est la recette "canonique", mais après, c'est de mémoire : oui, parfois, ca suscite des catastrophes). Je trouve que les possibilités offertes (surtout à l'heure de l'internationalisation de la cuisine) sont trop belles pour que l'on se prive du plaisir de l'improvisation.

    Je trouve que les gens manquent d'imagination, ils veulent avoir un papier sous les yeux quand ils sont au fourneaux. Bien sur, la grande force de la cuisine, est que, même en suivant la même recette, on ne fera jamais deux fois le même plat, c'est la force de l'interprétation.

    Mon avis, c'est juste qu'a force de se cantonner au recettes, de limiter ses innovations à une variation mineure ici ou là sur un thème imposé, on se limite. On se prive d'un grand plaisir (quoiqu'il y en a un à savoir executer parfaitement une partition), et surtout, finalement, à plus grande échelle, on formate les palais.

    C'est à dire que finalement, ce qui plait ou non est très culturel, et très déterminé par les préconceptions des cuisinniers, mais surtout des gens qui gouteront. D'ailleurs, finalement, un truc n'est jamais réussi ou raté (il est raté si on estime qu'on a pas bien suivi la recette, mais parfois,on a des bonnes surprises) : il est jugé bon ou pas bon, mais en fonction de critères de gout qui d'une part sont très propres à la culture, au pays, et d'autre part, finalement, formaté par ce que les gens ont l'habitude de manger.

    Du coup, c'est très dur de saovir si on a réussi son improvisation ou pas : plein de gens me diront "beeeuh, mais t'as mis de la mente dans tes flageolets?", si je leur dit, mais si on ne la sent pas, ils vont peut-être trouver ca délicieux, sans savoir d'où vient ce petit gout. Et même si on la sent, un français trouvera certainement ca dégeulasse, mais un anglais pas.

    (Et qu'on ne vienne pas me sortir des idées recues sur la cuisine anglaise, il n'y a rien de plus franchouillard, et ils ont des trucs très bon).

    docn finalement, la "dictature de la recette" fait que, en tant que cuisinier, on se limite à un nombre (finalement généralement assez limité, quand on demande aux gens ce qu'ils "savent faire") de plats, alors que les possibilités sont infinies, mais surtout on finit par penser que la bonne cuisine, c'est celle qui suit à la lettre la recette, ou plutot celle qui va arriver à un resultat qui se conforme aux mieux aux attentes (généralement peu imaginative) de ses convives, attentes elle-mêmes limitées par le fait que les gens ont des idées préconçues sur le gout que certains plats doivent avoir, idées elle-mêms générées par le fait que, pendant des siecles, on a effectivement toujours cuisinés ces plats selon la même recette.


    A titre indicatif, il est interessant de savoir que toute la musique classique indiennes est improvisée : ils ont des morceaux, des ragas, mais tout ce qui est transmis (uniquement oralement) est la gamme, la tonalité, peut être une ou deux phrases montantes et descendante, l'emotion du morceau et le moment de la journée pendant lequel il doit être joué (authentique).

    A ce titre, le "même" morceau laisse une latitude d'interprétation énorme au musicien, et à ce titre, les oreilles sont moins formatées à certaines pieces, certains types d'harmonies et de rythmiques, et les gens plus ouverts et enclin à accorder à un nouveau raga autant d'interêt qu'à un grand classique.


    Et de ce fait, les morceaux classique indiens n'ont pas d'auteur (un peu comme les chansons folkloriques ou les comptines chez nous) : parce que personne n'oserait reclamer une forme de proprieté intellectuelle sur ce qui est "ecrit" (ce qui est fixé au départ) parce que ca ouvre tellement de possibilités que ca n'aurait pas de sens. Et ce qui compte, c'est le musicien.

    C'est pour ca que ca me fait rire de voir "le boeuf bourguignon de Scally" (je donne un exemple au hasard, je sais même pas si elle en a fait un) : Scally n'a pas inventé le boeuf bourguignon, elle a ajusté quelques quantités, peut etre eu une idée originale pour l'assaisonnement, mais elle n'est certainement pas la première à l'avoir eue. Et elle s'approprie la recette. Une appropriation importante à l'heure des blogs de cuisine, ou chacun peut se publier et partager "sa" recette, la réclamer comme sienne. Et s'offusquer quand quelqu'un la repompe. A ce demander si on ecrit pour la cuisine ou pour la reconnaissance...

    Posté par Raoul Duke, jeudi 23 août 2007 à 17:54
  • La question qu'il faut se poser, c'est:pourquoi cuisine-t-on? Avant tout parce qu'on a plaisir à manger, me semble-t-il, qu'on veut prendre du plaisir ou en donner aux autres.Evidemment qu'expérimenter est passionnant et que les "échecs" aident à progresser mais le but est qd même d'arriver à qchose de bon, non? Créer pour créer , cela a-t'il seulement un intérêt? Et puis les "purs" créateurs ne sont pas légion si tu vas jusqu'au bout du raisonnement.Mon envie à moi, c'est avt tout faire et me faire plaisir et je me fiche pas mal que la recette ne soit pas de moi du même que je me régale avec.
    Loukoum, désolée de faire de ton blog un "forum d'échanges"(!!), promis, j'arrête là!

    Posté par Cécile, jeudi 23 août 2007 à 18:49
  • Ah, mais je suis tout à fait de ton avis. Mais certains prennent plus de plaisir à improviser, d'autre à arranger une recette en s'y tenant, d'autres à suivre une recette le plus à la lettre possible.

    Tu auras deviné à quelle catégorie j'appartiens.

    Ensuite, est-ce que créer pour créer à un interêt, ca, c'est plus de la philosophie. on peut poser cette question dans tous les domaines de création. Mais ils ont tous ce point en commun que, même si le créateur (artiste, cuisinier, musicien) prend du plaisir à réaliser son oeuvre, et à la voir achevée, la création ne prend son sens qu'a travers l'oeil du public. Certains créent pour creer : il y a des tas d'artistes, d'écrivains, de musiciens, qui font ca pour se faire plaisir, et ne montrent leur travaux à personne. D'autres qui disent qu'ils le font pour eux, mais finalement estiment quand même le regard (ou le gout!) du public, et attendent un avis du public, si possible positif.

    Dans cette logique, on peut se faire plaisir en cuisinant, pour soi tout seul. Et on peut se faire plaisir à créer pour créer, c'est à dire essayer quelque chose de (relativement nouveau), ne serait-ce que pour le plaisir de le réaliser, mais aussi, la satisfaction, en goutant, de voir qu'on avait eu une bonne idée.

    Mais si tu valorise, et je pense que tous ici nous le faisons, parce que tous les gens qui aiment cuisiner aiment encore plus cuisiner pour les autres. (Parce que c'est un plaisir de faire partager, mais aussi, parce que c'est sympa de se faire complimenter) si tu valorises, donc, l'avis que vont te donner tes invités à qui tu fais gouter ton plat, tu t'apercevras, en tout cas c'est mon cas, qu'on dégage une satisfaction beaucoup plus grande à se faire complimenter sur un plat ou on a apporté sa griffe personnelle que de se faire complimenter parce qu'on a bien suivi une recette.

    Il est d'ailleurs à noter que (particulièrement dans le domaine des arts) l'expression "suivre une recette", sorti du contexte de la cuisine, est particulièrement péjorative.

    Alors oui, je pense que c'est interessant que tu souligne la dimension du plaisir. Mais il va de pair avec la création, et la réaction du public.

    Donc je ne dis pas qu'on cuisine pour créer (ou qu'on doive cuisiner pour créer) je souligne juste que je trouve ca plus interessant. Et que, souvent (parce qu'aussi il y a toujours l'excitation de l'improvisation, le risque de se planter), le plaisir est plus grand. Et celui des autres souvent aussi, parce qu'ils seront content d'avoir gouté quelque chose d'un peu nouveau.

    D'ailleurs, si le but est d'arriver à quelque chose de bon, comme tu le soulignes, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Arriver à quelque chose de bon ou on a suivi à la lettre une recette eprouvée, c'est bien, mais je trouve (ca n'engage que moi) que c'est un peu facile, finalement peut-être même un peu décevant.

    Evidemment, je suis parti dans une dissertation philosophique, mais je suis de ton avis, l'important, c'est de se faire plaisir, et de faire plaisir aux autres. Je sais que je peux faire plaisir aux autres en suivant une recette, mais je me fais plus plaisir en laissant une part de surprise, d'improvisation, de création.

    Posté par Raoul Duke, jeudi 23 août 2007 à 23:24
  • Je ne sais pas si les longs commentaires de Raoul Duke sont les conséquences d'une fanaddiction (rapport à son pseudo?) à ton blog Loukoum°°° mais je dois dire qu'il aime disserter sur des sujets intéressants comme futiles. Il défend ses idées, certes, mais donne l'impression de vouloir les imposer. Je suis d'accord avec lui lorsqu'il dit qu'aujourd'hui, en matière de créations artistiques comme culinaires, tout a été fait. Je suis peintre et ma peinture s'inspire de "ce" que j'aime et de "ceux" que j'aime. Je n'invente rien... et je pense que Scally est pleinement consciente de ne pas avoir inventé le boeuf bourguignon mais elle y a mis sa sensibilité(émotionnelle et physique). Tu lui reprocherais presque cette appropriation pourtant elle a fait ce que tu préconises de faire en cuisine: elle a suivi son instinct, s'est exprimée et a ajusté le boeuf bourguignon à son goût. Ce qui m'amène à me demander: y'a-t-il une recette de boeuf bourguignon? Non, il y a des recettes de boeuf bourguignon. C'est la sensibilité qui fait qu'une même recette variera selon la personne donc je ne suis pas choquée lorsque je lis "le boeuf bourguignon de Scally"...Je suis plus choquée par l'exploitation commerciale qu'on en fait comme si Scally était une gage de qualité (attention, je ne critique pas Scally que je ne connais pas) mais après tout, on peut la considérer comme une artiste (pour moi, la peinture et la cuisine suivent un même raisonnement: un équilibre des goûts et des couleurs...) et elle comme toi et moi à tout à fait le droit de vivre de ce qu'elle fait (tu auras remarqué Raoul que je n'ai pas écrit "crée").
    A la question, cherche-t-on la reconnaissance ou écrit-on par amour de la cuisine? On trouve de tout dans la culinosphère... ceux qui marchent à la reconnaissance, ceux qui vivent par passion de la cuisine. Mais reconnaître qu'une personne est un cordon bleu, est-ce mal? J'ai toujours pensé que c'était une qualité chez une femme comme chez un homme. Par contre, déduire une pseudo-notoriété du nombre de commentaires reçus, ça c'est pathétique mais bizarrement, on l'a tous été à un moment ou un autre. J'ai dépassé ce stade. Je préfère de loin un mail qui me demandera "et si je n'ai pas tel ingrédient, par quoi puis-je le remplacer?" qu'un commentaire stérile qui me dira "j'en prendrai bien une part"...néanmoins, il y a un côté rassurant à se dire que quelqu'un est passé sur son blog... et c'est un moyen comme un autre de s'exprimer, chose que tu fais lorsque tu pars dans de longues démonstrations sur le blog de Loukoum°°°.
    Ce qui me déplaît dans tes démonstrations c'est vraiment cette impression de vouloir convertir les gens, leur prouver que tu penses juste. Je suis aussi pour libérer ses envies, laisser son imagination quitter les sentiers battues mais je tolère aussi qu'un personne puisse vouloir copier une recette par assurance ou manque d'audace. Le nom de mon blog est "des goûts et des couleurs...", je l'applique à tout dans la vie. Il y a des choses qui plaisent et d'autres qui déplaisent mais on fait avec dans la limite de la tolérance. Non, ce n'est pas une "politique de l'autruche" ;-D c'est juste que la vie est trop courte et je préfère mourir épanouïe que d'un ulcère!!!
    Désolée d'avance Loukoum°°° pour ce long commentaire inutile mais comme toujours il est tard et c'est à cette heure-ci que j'aime parler.
    Bizzzz,
    Alexandra.

    PS: Raoul Duke, je t'invite à me répondre via mon mail sur mon blog si tu le désires. Je ne veux pas parasiter le blog de Loukoum°°°.

    Posté par Miss Tiny, vendredi 24 août 2007 à 03:15
  • LN: je te contacte d'ici quelques semaines et avec un peu de chance et un été indien on pourra manger sur la terasse

    Raoul: c'est bête mais moi je suis de l'avis contraire: plus on cuisine en suivant des recettes, plus on comprend comment ca marche et petit à petit on a le courage de prendre des initiatives, de se détacher du livre de cuisine et de prendre son envol. c'est mon avis car c'est ce qui s'est passé avec moi. Il y a quelques années je suivais une recette à la virgule près.

    Cécile: je suis donc complètement de ton avis: "de plus en plus au fil du temps." Pour moi c'était comme ça aussi.

    Raoul (bis):
    - pas obligé d'avoir un papier sous les yeux pour etre dirigé et ne pas faire preuve d'innovation selon ta définition: suffit d'avoir des souvenirs gustatifs (d'enfance, de resto, de chez Picard...) et ça tout le monde en a, consciement ou pas.
    - Ensuite pour moi une recette ratée c'est un plat que l'on aime pas. Et on peut très bien rater son coup en obtenant un truc bon mais qui n'était pas ce que l'on voulait. On a raté son coup, pas vraiment son repas.
    - Pendant les siècles les gouts et les couleurs on évolués
    - Pourquoi donc scally est-elle ta tete de turc? Elle t'a rien fait! Ensuite chaque famille à sa propre interprétation de boeuf bourguignon et c'est pas nouveau. De plus sache que beaucoup de bloggeurs culinaires ne se disent pas du tout propriétaire de leur recette, ils la mettent sur le net pour la partager et son contents de la voir se balader de droite à gauche. Ce qui généralementr les chagrine bcp plus c'est le vol de leurs photos. Je sens que ce paradoxe va encore donner lieu à une diatribe mais bon...

    Cécile (bis): je n'aurai pas pu mieux dire. C'est tout à fait ma philosophie. Inventer pour renouveller les genres mais avoir un truc qui ne me plait pas ça ne m'avance à rien. je ne cherche pas une potentielle gloire pour avoir révolutionner la cuisine. Je veux me faire plaisir et faire plaisir aux autres avant tout. Et je ne prétend pas du tout INVENTER.

    Miss Tiny: comme tu as pu le constater, si il ne peut pas avoir le dernier mot, il n'est pas content et continue, continue, continue...
    C'est lui qui détient "la raison", il use et abuse des tournures de phrases pour imposer son point de vue en te faisant comprendre que tu peux dire tt ce que tu veux tu ne le feras pas changer d'avis mais lui te fera peut etre prendre conscience que...
    Sinon je te suis dans ton raisonnement et apprécie particulièrement ton parallèle entre l'art et la cuisine, c'est très joliment dit.
    Quant aux commentaires tu sais déjà ce que j'en pense et je rajouterai une chose: je trouve ça dommage que les BLOGGEURS postent des commentaires on-ne-peut-plus-inutils (pour se faire connaitre) et par cela freinent/empechent les LECTEURS de laisser des commentaires bcp plus interessants, car les lecteurs se sentent exclus d'une communauté et se disent qu'on en a rien à foutre de leur avis. ALors que généralement les commentaires des lecteurs sont les plus pertinants et donc ceux qui font le plus plaisir

    Posté par loukoum°°°, vendredi 24 août 2007 à 10:32
  • @Raoul Duke

    J'aime beaucoup venir sur le blog de Loukoum parce que je trouve que les recettes qu'elle propose sont intéressantes et souvent alléchantes.

    Cher Raoul, je commence à en avoir sérieusement marre de venir te voir étaler ta science dans les commentaires de ce blog. Tu as l'air de maîtriser tous les sujets mais il y a encore un domaine où tu n'as pas atteint la perfection, c'est bien celui de la grammaire et de l'orthographe. Tu nous proposes une masse de texte impressionnante bourrée de fautes et tu t'attends à ce qu'on la lise ??? Personnellement, j'arrête.

    Bonne continuation Loukoum.

    Posté par Badzil, dimanche 26 août 2007 à 22:03
  • Thanks
    Bon vent à toi aussi...

    Posté par loukoum°°°, lundi 27 août 2007 à 09:50
  • La seule fois que j'ai utilisé le lait concentré sucré c'étit pour faire une ganache d'un gâteau type napolitain et ça n'a pas été une réussite!!!!!!! Quant aux berlingots, même pas en songe!

    Posté par auré, lundi 27 août 2007 à 12:09
  • Okay, cette fois je vais faire court.

    Mes excuses si mon niveau de grammaire et d'orthographe fait reculer des lecteurs. d'habitude, je suis plutot du cote de ceux qui, justement, y accordent de l'importance. Ensuite, vu les masses que je tape, forcement, il y a des fautes, mon tort n'est de pas me relire... (zero accent sur ce post pour cause de clavier qwerty)

    Pour ce qui est d'imposer mes idees, je ne sais pas d'un cote, j'ai envie de pointer du doigt que je repete a plusieurs reprises dans mes posts que mon avis n'engage que moi, et que j'ai une conception particuliere de la cuisine...

    De l'autre, toute discussion, sur n'importe quel sujet, entre personnes qui ne sont pas du meme avis, va forcement virer a la dialectique. c'est se voiler la face que de penser le contraire. chacun defend ses idees, il ne s'agit pas de vouloir les imposer, mais les exposer au mieux de maniere a ne pas nourrir de malentendu. D'ou peut etre (et il y a aussi une grande part de ma personnalite) une tendance a la longueur ( je veux qu'on comprenne bien ce que j'essaye de dire, donc je developpe), a la rhetorique et aux demonstrations par A+B, parce que, personnellement, je pense qu'un commentaire qui dit "je ne suis pas d'accord, pour moi c'est tout le contraire", c'est deja bien, mais ca n'a qu'un interet limite par rapport a celui qui explique pourquoi il n'est pas d'accord, et pense le contraire.

    Dans le genre "je m'enerve pas, j'expliiiiique!!!". Effecitvement, apres, c'est un probleme de forme : je ne perds pas le sommeil sur des questions du genre recette or not recette, ces jours ci, j'ai d'autres sujets bien plus funs comme cause d'insomnie. Donc si je donne l'impression de defendre mon bout de gras avec acharnement, je m'en excuse : je pense que ma conception de la cuisine n'est pas opposee a d'autres, simplement differente, et que les deux peuvent cohabiter pacifiquement.

    Entre la pure impro et la recette avec le papier sous l'oeil au gramme et a la minute pret, il y a un continuum de gradation, et je pense que les bons compromis se trouvent entre les deux extremes... Je me permet juste de prendre la liberte d'exprimer un point de vue que je trouve tres minoritaires, particulierement dans la blogosphere (ce qui est normal, puisque, quand on publie des recettes, on est deja dans une approche "recette" de la cuisine)

    C'est aussi pour ca que, ayant consciene d'exprimer un point de vue marginal, minoritaire, et perdu d'avance devant le public de la blogosphere culinaire, j'ai tendance a mettre le paquet, pas pour convertir les gens, mais peut etre pour que, un jour, un aficionado de la recette dure me lise en se disant "il est tres extremes, mais il a des idees pas connes, peut etre que la prochaine fois je vais laisser une part d'impro"

    Et puis, bien sur, c'est faire l'avocat du diable. C'est beaucoup plus marrant de se lancer dans un debat metaphysique sur la portee de la notion de recette dans l'occident chretien que deux lignes pour dire que je cautionne tout ce qui a ete dit precedemment.

    Posté par Raoul Duke, lundi 27 août 2007 à 18:27
1  2    Dernier »

Poster un commentaire