Beau à la louche

un peu plus que de l'eau à la bouche...

dimanche 11 février 2007

Poulet-frites, not so usual

Le poulet-frites est un classique… c’est bizarre que je considère classique quelque chose qui n’a pour autant pas bercé mon enfance… nous n’étions pas franchement abonnés aux frites, aux poulets oui, et toujours à la broche, mais aux frites, pas tant que ça.

Not so usual car le poulet sera au coca et les frites au four (plus light et pas d’odeur de friture dans tout l’appart ensuite)… Et frites oui, mais pas uniquement de pommes de terre. Sinon c’est pas marrant. Et frites oui, mais pas uniquement jaunes dorées. Sinon c’est pas marrant.

Je voulais depuis quelque temps déjà faire cette version du poulet-frites un week-end où je rentrais chez mes parents. Si déjà je tiens un truc susceptible de plaire à ma difficile (← euphémisme) sœur autant que je lui en fasse profiter. Et puis je me vois mal faire un poulet ET des frites au four EN MÊME TEMPS, chez moi, dans un mini four… ! Alors, la dernière fois que je suis rentrée chez mes parents, j’ai dit à ma mère : « Je vais faire les courses, je vous fais un poulet à midi » Mais elle m’a cassé net dans mon élan : « Non non non !… Ton père a fait les courses, le frigo est plein, il y a toutes sortes de viandes, mais pas de poulet, il faut faire avec ce qu’il y a au frigo, je vais pas tout congeler! » Et vlan, tous mes espoirs de poulet frites envolés. Bon, si au départ j’étais vraimentpascontente (et je sais bien faire la moue de la fille trèèèès contrariée… car quand j’ai une idée en tête, je l’ai dans la tête et pas ailleurs) mais bon, au final je me suis retrouvée à faire un délicieux filet mignon au gingembre et au citron vert. Bref, cette fois si je l’ai prévenue à l’avance : je rentre et fais ça, ça et ça. Donc, le champ était libre, je pouvais faire ce que je voulais.


Poulet au coca

D’après la recette de Frédérick E. Grasser Hermé (oui oui, la femme de … ), dans son livre « Délices d’Initiés » ou « Dégelez vos habitudes et cuisinez les produits mythiques de XX(I) siècle ».

delices_initi_s

Ce livre est la bible idéale pour tous ceux qui veulent participer au petit jeu proposé par Anaik: le concours de recettes inavouables, elle nous demande « une recette qui ferait dire "beurk" à n'importe qui avant de l'avoir goûtée, mais que vous trouvez irrésistible, voire bluffante pour vos invités. Elle doit comprendre un ou plusieurs produits industriels de grande consommation (Nutella, kiri, Orangina, pétrole, fard à paupières mauve...). »

"Qu'est-ce qu'une recette inavouable ?
Une recette très (très) facile à réaliser,
une recette très (très) bon marché,
une recette qui met en scène un produit
considéré (à tort) peu gastronomique,
voire carrément tabou."
 

Enfin un jeu intéressant ou la culinoblogosphère qui habituellement se plie en quatre pour que tout soit alléchant et que les photos fasse dire « Miam miam, j’ai faim tout d’un coup » devra se débrouiller pour inspirer un seul mot : « Beurk ! » Personnellement j’aime beaucoup l’idée !

Mais revenons au bouquin et à FEGH, qui dans ce livre rend hommage aux grandes stars de nos supermarchés, à des produits marquants comme le banania, les raviolis buitoni (pouah !), le caprice des dieux, les carambar, les petits suisses Gervais, le pâté Hénaff (baahhh, là c’est radical chez moi, rien qu’au mot : beuurk), les coquillettes lustucru & les spaghettis panzani, le maggi poule vermicelle, la purée mouseline, le ketchup Heinz, l’orangina et bien sur le Nutella ou la Vache qui rit ; mais aussi tati, tefal, tupperware et autre Alain Ducasse (!!). Au final, elle cuisine 32 produits de consommation mythiques.

« Rajouter des petites saloperies,
ça fait de mal à personne »
Frédérick E. Grasser Hermé

Bon, franchement la plupart de ses recettes sont à son image : iconoclastes, déjantées, provocantes, délirantes...

  • Certaines font clairement dire beurk : « Corned beef du dimanche soir », tous les trucs à base de pâté Henaff, ce truc-là c’est viscéral, c’est beurk. A noter aussi le pain d’épice au ketchup heinz et le « Chocolate mayonnaise cake ».
  • D’autres sont complètement inaccessibles, du genre « Mini caprices des dieux truffés » ou une recette nécessitant d’avoir dans ses placards de la confiture  de noël de la fée Ferber (avouez, tout le monde n’en a pas chez soi…)
  • Mais il reste au milieu de tout ça quelques choses intéressantes : « Tartine géante de banania au rapadura », des caprices des dieux cuits en croûte de sel et servis avec des pommes de terre en robe des champs, la « Glace au carambar » ou le « Magret de canard laqué à l’orangina ».

C’est typiquement le bouquin « in » qui plait aux bobo branchés à tendance régressive regrettant les doux produits de leur enfance.

« Ce que j’aime le plus, ce sont les délices d’initiés,
les petits trucs interdits parce que j’aime tout ce qui est prohibé »
Frédérick E. Grasser Hermé


 

Donc, ce poulet, recette un peu-beaucoup modifiée par moi-même

25 cl de coca
1 poulet fermier
3 citrons
Fleur de sel
1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
poivre


poulet


Préparez la crapaudine. Alors là j’ai fait ce que je pouvais en fonction des indications de FGH, indications que je vous cite : « Ecartez les 2 cuisses, incisez la peau, puis la chair jusqu’en bas de la cuisse. Pour cela introduisez la lame du couteau juste au-dessous de l’aile, tranchez en biais jusqu’au croupion, faites la même chose de l’autre côté. Aplatissez la carcasse côté peau, écrasez les jointures au niveau des épaules en appuyant sur la carcasse de tout votre poids, " craaaqqque ", c’est en crapaudine. » Voilà, j’ai fait de mon mieux pour suivre ses indications, je ne sais pas si au final mon poulet était en crapaudine, mais j’ai tenté.

Presser les 3 citrons et ajouter au jus obtenu le même volume d’eau. Bien saler la chair du poulet à la fleur de sel, et arroser la volaille du jus de citron.

Préchauffer le four à 180°. Enfourner le poulet côté peau au-dessus pendant 15min puis baisser la température à 150°. Régulièrement, pendant toute la cuisson, décrocher les sucs à la spatule et arroser le poulet de jus/sauce. La recette conseil ensuite de le laisser cuire lentement pendant encore 70 à 75 minutes, mais personnellement comme j’ai du faire cuire mes frites et que je n’ai qu’un four, je l’ai cuit 45 minutes à 150°C puis 15 minutes à 220°C. Trente minutes avant la fin de la cuisson, arroser régulièrement la volaille de Coca Cola, la sauce obtenue doit être sirupeuse et la volaille devenir croustillante. [Option pour leurs heureux détenteurs d’une poire à jus : vous pouvez l’utiliser pour prélever le jus et l’injecter dans les cuisses et les flancs de la volaille à 2 ou 3 reprises pendant la cuisson].

Découper le poulet.
Récupérer le jus de cuisson, le dégraisser, le filtrer et lui ajouter le vinaigre balsamique et si nécessaire du sel et du poivre.


Quadrilogie de frites au four
Quantités pour 4 personnes

frites_4

Pour les frites de panais :

3 panais (400g)
1 cuillère à soupe d'huile
1 cuillère à soupe de miel
Fleur de sel, poivre


Pour les frites de patate douce :

2 patates douces (400g)
1 cuillère à soupe d'huile
Fleur de sel, poivre, quatre épices




frites_3

Panais

Pour les frites violettes :
400g de pommes de terre vitelottes
1 cuillère à soupe d'huile
Fleur de sel, poivre


Pour les frites classiques:

400g de pommes de terre « pour frites »
1 cuillère à soupe d'huile
Fleur de sel, poivre




Vitelottes

frites_6
La marche à suivre est la même à chaque fois et c’est simplissime.

Préchauffer le four à 220°C et recouvrir une/deux plaque/s de cuisson de papier sulfurisé.
Éplucher les légumes et les couper en frites soit de manière traditionnelle avec un couteau soit avec une mandoline (c’est ce que j’ai fait et le bilan des courses c’est que j’ai réussi à me trancher le pouce et que je trouve mes frites trop minces, mais au moins, j’ai fait l’essai).
Verser les lamelles obtenues dans un saladier, y ajouter l’huile, le sel et poivre et compagnie. Bien mélanger pour que chaque bâtonnet soit enduit de matière grasse.

Traditionnelles


Étaler bien vos frites sur la plaque en veillant à ce qu’elles ne se chevauchent pas (trop).
Enfourner pour 20 à 30 minutes (les pommes de terres mettent un peu plus de temps à cuire que les panais/patates douces) et si vous avez étaler vos frites sur deux plaques, penser à les alterner régulièrement.



frites_2  frites_1

Avant le passage au four

Et si vous voulez une cinquième sorte de frites, allez faire un tour ici.


Bon, et ça donne quoi tout ça?

frites_5Au final, le poulet était bon et en effet bien caramélisé. Mais il n’avait absolument rien d’exceptionnel et absolument pas de goût de coca. J’ai bien aimé la sauce, mais je dois vous préciser qu’entre coca, citron et vinaigre, si vous avez du mal avec l’acidité, passez votre chemin.
Quant aux frites, je les ai trouvées trop fines, mais ça je l’ai déjà dit. Sinon les préférées de tout le monde ont été les frites de vitelotte et les moins appréciées, peut-être celles de panais. J’ai déjà remarqué que le panais seul comme ça c’était moyen. Alors que mon velouté panais châtaignes était un délice…
Il va sans dire qu'il me semble que ma tendre sœur n'ait pas trouvé ce repas à son goût... bien trop d'originalité et de trucs bizarres...

Patates Douces

 

Copyright © 2006-2013 Loukoum°°° - Beau à la louche | Tous droits réservés
Posté par loukoum blog à 22:30 - Carnivorisme - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Je vais tester!

    A la maison j'ai une fan de poulet (ma petite fille), elle en raffole; je vais donc lui faire gouter sans dire à papi que j'ai incorporé du coca; Merci pour toutes ces merveilleuses recettes très alléchantes. Amicalement

    Posté par Marie-Luz, jeudi 5 mars 2009 à 00:05
  • Je cherchais CETTE recette de poulet au coca, merci. Je te citerai sur mon blog quand je mettrai la recette.
    Bisous

    Posté par Eva, jeudi 26 novembre 2009 à 21:11
  • piquage de recette :-)

    salut
    Recette tres interessante que je vais essayer de décliner

    Merci
    Le Yin

    Posté par Le Yin, dimanche 5 mai 2013 à 16:39
  • moi j'aime bien l'acidité, intriguée par ce poulet au coca je vais bientôt lui faire son affaire!

    Posté par mimosa, dimanche 11 février 2007 à 23:32
  • Sympa d'avoir essayé pour nous
    Le frites de patates douces me tentent bien

    Posté par Soho (Chocoholic, lundi 12 février 2007 à 08:16
  • je garde ton velouté de panais châtaigne et je salue ton courage et ta témérité! pour ma part, j'ai bien trop mangé de produits indus dans mon enfance pour apprécier ce genre de recettes d'initiés, au contraire, je vise le retour à l'ultra naturel!

    Posté par alhya, lundi 12 février 2007 à 08:36
  • Que de tentatives ... J'aurais bien goûté les frites de patates douces !!

    Posté par eva, lundi 12 février 2007 à 08:54
  • On a goûté le panais rôtiu au four et sa douceur nous a bien plus, la prochaine fois je testerai le velouté

    Posté par mayacook, lundi 12 février 2007 à 09:12
  • On a goûté le panais rôtiu au four et sa douceur nous a bien plu, la prochaine fois je testerai le velouté

    Posté par mayacook, lundi 12 février 2007 à 09:12
  • Je n'ai pas encore essayé le panais, mais pour les patates douces rôties, elles sont bonnes en morceaux mélangées à des pommes de terre et des oignons et un peu d'huile et un peu d'épices et pour une version de patates douces au four épicées et irrésistibles, voir Chai Dumé; ça te fera revenir de ta déception relative.

    Posté par Eliflo, lundi 12 février 2007 à 10:05
  • Monstre interessant ce billet et plein de chose que j'aime bien aussi...a savoir varier des recettes de façon très orginal... je connaissais de nom cette recette de poulet au coca mais je n'ai encore jamais essayé...histoire à suivre

    Amitiés
    Claude

    Posté par Claude-Olivier, lundi 12 février 2007 à 10:37
  • Un poulet au coca, du jamais vu. J'adore tes "frites" surtoout les violettes, faut que j'en achète.

    Posté par sylvieaa, lundi 12 février 2007 à 13:46
  • Je trouve qu'elles sont très belles tes frites ! Je préfère aussi les frites bien épaisses. Quant au poulet au coca, la seule fois où j'en ai entendu parlé c'était Jacky du Club Dorothée qui préparé cette recette (il avait fait un bouquin sur la cuisine au coca) !

    Posté par Sandra, lundi 12 février 2007 à 14:03
  • Mais il vaut la peine ce bouquin au final? Combien de recettes sont vraiment "faisables"? Il redonde beaucoup avec celui de Seymourina?

    Posté par Mitsuko, lundi 12 février 2007 à 15:41
  • waaooouuwww!!

    j'aime la couleur bien rotie de ton poulet!! j'en mangerais bien un bout!! bises micky

    Posté par mickymath, lundi 12 février 2007 à 19:43
  • Un tres joyeux anniversaire a toi ! En esperant que tu passeras une journee tres joyeuse, pleine de gaiete et de plaisirs gourmands !

    Bea

    Posté par TartineGourmande, lundi 12 février 2007 à 22:32
  • Ce classique revisité est plutot sympa, mais entre l'idée d'utiliser du coca en cuisine et le fait que tu n'es pas emballé du résultat ne me donne pas trop envie de tester ! je vais rester dans la tradition pour cette fois !

    Posté par Clairel, lundi 12 février 2007 à 23:00
  • J'ai un petit livre de recettes qui s'appelle recettes inavouables dans le même genre, je tenterai un jour le riz au coca ! J'avais essayé les frites de patates douces au four un jour et c'était pas bon, pas croustillant et écoeurant... mais je m'y suis certainement mal prise !

    Posté par Charline, mardi 13 février 2007 à 11:18
  • Alhya: je n'ai pas vraiment/du tout baigné dans ce genre de produits quand j'étais plus jeune... mais maintenant, rréaliser ponctuellement ce genre de trucs, ca me fait marrer!

    Eliflo: c'est à peu près ce que j'ai fait. Et je ne suis pas vraiment déçue, j'ai juste préférée les vitelotte et regrettée de les avoir découpé si fines

    Claude: "varier des recettes de façon très orginal": Ex-ac-te-ment!!!

    Sylvie: moi j'ai souvent du mal à entrouver!

    Sandra: oui je connais ce bouquin!

    Mitsouko: je ne connais pas le livre de Seymourina mais au final je ne conseil pas celui de FEGH

    Béa: merci!

    Posté par loukoum°°°, mardi 13 février 2007 à 12:38
  • Charline: j'ai aussi une recette de riz au coca mais je n'ai jamais osé tester! Quand aux patates douces, je t'avoue que je suis partagée, parfois je trouve ça vraiment très bon, parfois trè sécoeurant, je crois que c'est en fait assez difficile à cuisiner

    Posté par loukoum°°°, mardi 13 février 2007 à 12:46
  • Charline: j'ai aussi une recette de riz au coca mais je n'ai jamais osé tester! Quand aux patates douces, je t'avoue que je suis partagée, parfois je trouve ça vraiment très bon, parfois trè sécoeurant, je crois que c'est en fait assez difficile à cuisiner

    Posté par loukoum°°°, mardi 13 février 2007 à 12:46
  • C'est génial, et j'adore ta critique du bouquin ! Un immense merci

    Posté par Anaik, lundi 19 février 2007 à 13:06
  • Coca

    C'est vrai ; elle donner la couleur doree aux poulet; dinde etc; Au Perou; pour noel on met toujours un peu de coca pour la couleur de la dinde; C'est traditionel depuis des annes;
    Vivi

    Posté par Vivi, jeudi 22 février 2007 à 19:27
  • Critique du Pâté Hénaff

    Quand on ne sait pas de quoi on parle, on ne dénigre pas le fruit du travail de 200 personnes depuis 100 ans.
    Informez-vous.

    Posté par Loïc, vendredi 30 mars 2007 à 23:33
  • Premier point: je ne vois pas ce qui vous fait dire que je ne sais pas ce qu'est le pâté Hénaff.

    Second point: j'ai ici le droit de m'exprimer, de dire ce que j'aime et ce que je n'aime pas. J'exprime ici un avis personel pas une vérité générale et tout le monde a le droit d'aimer ou de ne pas aimer quelque chose.

    Posté par loukoum°°°, samedi 31 mars 2007 à 19:04
  • j'aime la couleur bien rotie du poulet !

    Posté par Camile, lundi 21 janvier 2019 à 09:40

Poster un commentaire